Amer, Bernard Wesphael prend du recul

05/03/12 à 14:49 - Mise à jour à 14:48

Source: Le Vif

Bernard Wesphael, candidat malheureux à la co-présidence d'Ecolo et à la présidence du parlement wallon, a annoncé lundi à l'Agence Belga qu'il prendrait du recul pendant une quinzaine de jours. Il réfléchira durant cette période à la poursuite de son engagement au sein des Verts francophones.

Amer, Bernard Wesphael prend du recul

© Image Globe

"La question de la poursuite de mon engagement au sein d'Ecolo est donc posée. Il m'est, je ne le cache pas, de plus en plus difficile de vivre encore dans un parti qui considère la diversité comme une faiblesse. J'ai donc décidé de prendre du recul pendant une quinzaine de jour afin de décider de la poursuite ou non de mon engagement dans ce parti", a-t-il expliqué.

Le chef de groupe au parlement wallon ne remet pas en cause le choix qu'ont fait dimanche les militants écologistes. Il constate qu'une majorité ne s'est pas dégagée en faveur des "valeurs de progrès" qu'il a défendues avec sa co-listière Marie Corman. "C'est là le choix d'Ecolo et je le respecte profondément".

M. Wesphael se montre en revanche plus critique à propos de la présidence du parlement wallon, qui reviendra finalement à Patrick Dupriez. A l'issue d'un caucus interne, il n'a été classé que troisième et a donc retiré sa candidature avant le vote des militants wallons du parti.

"Après en avoir été déjà écarté en 2009 et avoir assisté, cette même année, à la désignation de deux ministres n'ayant pas été élus comme parlementaires wallons, alors que j'avais, au cours de la législature écoulée, contribué à faire passer Ecolo de 8 à 20%, force m'est de constater que ce que je représente comme sensibilité au sein d'Ecolo ne pourra jamais prétendre à l'exercice d'un poste d'influence. Je n'en conçois aucune amertume car j'avais anticipé ce cas de figure. Mais pour être juste je dois aussi admettre que je paie là aussi ma liberté de pensée."

Levif.be avec Belga

Nos partenaires