Allocations familiales - La ministre Greoli maintient l'accord wallon mais étoffera sa justification

10/01/18 à 11:19 - Mise à jour à 11:21

Source: Belga

(Belga) La ministre wallonne de l'Action sociale Alda Greoli étoffera la justification de la réforme des allocations familiales pour répondre aux remarques du Conseil d'État, mais elle ne compte pas revoir le fond de cette réforme, a confirmé mercredi son cabinet.

Dans le projet, initialement lancé par l'alliance PS-cdH et récupéré par la coalition MR-cdH, le montant de base des allocations est de 155 euros par mois et par enfant (165 euros de 18 à 24 ans), qu'il s'agisse d'un premier né ou de tout autre enfant de la lignée. Mais les enfants nés avant le 1er janvier 2019 resteront, jusqu'à l'extinction de leurs droits aux allocations, liés à l'ancien régime, qui délivre des montants progressifs selon la place de l'enfant dans la lignée. Dans son texte soumis à l'avis du Conseil d'Etat, le gouvernement wallon justifie la différence de traitement entre le premier-né d'avant 2019 - pour lequel l'allocation restera de l'ordre de 95 euros - et celui né après 2019 (155 euros) par des arguments budgétaires. Un basculement général de tous les enfants dans le nouveau système dès 2019 serait trop lourd à cet égard. Mais pour le Conseil d'État, cet argument budgétaire est insuffisant pour justifier une différence de traitement, indiquait mercredi Le Soir. La ministre Greoli compte donc étoffer l'argumentaire, mais elle ne remet pas en question le fondement de la réforme, a assuré son cabinet. (Belga)

Nos partenaires