Allemagne: près de 7 ans de prison pour avoir combattu dans les rangs de l'EI

06/10/16 à 14:19 - Mise à jour à 14:22

Source: Belga

(Belga) Un germano-turc de 23 ans a été condamné jeudi en Allemagne à six et neuf mois de prison pour avoir combattu dans les rangs du groupe Etat islamique (EI) en 2013 et 2014.

Kerim Marc B. a été condamné par le tribunal de Düsseldorf (ouest) à six et neuf mois de prison, le tribunal considérant qu'il avait participé à des combats au sein du groupe Etat islamique (EI) en Syrie. Le jeune homme, qui avait pris pour nom de combattant "Abu Zulfikar", avait pour sa part reconnu avoir prêté allégeance au chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, mais avait contesté avoir combattu. Selon le jugement, il était parti en mars 2013 en Syrie et avait rejoint l'EI en octobre de la même année. Revenu brièvement en Allemagne en janvier 2014 en raison d'une blessure occasionnée par une grenade, il était ensuite reparti en Syrie où il avait de nouveau pris part à des combats. Il avait été arrêté par les autorités turques le 13 janvier 2015 à Izmir (ouest), puis remis à l'Allemagne. Le parquet, qui avait réclamé sept ans de prison, avait dépeint en "islamiste convaincu" un accusé qui, placé en détention provisoire, avait tenté de recruter parmi ses codétenus. "J'ai coupé les ponts avec (le groupe) Etat islamique. Je me suis prononcé contre l'islamisme", a déclaré au tribunal l'accusé qui suit un programme de réinsertion destiné aux islamistes repentis. Par ailleurs, à Stuttgart (sud-ouest), quatre hommes ont été condamnés à des peines allant trois ans et demi de prison à 19 mois avec sursis pour leur soutien à la milice islamiste Ahrar al-Cham, responsable de prises d'otages ou d'attentats suicide. Selon le tribunal, les quatre hommes ont fourni à l'influent groupe rebelle des milliers de vêtements d'occasion ainsi que des véhicules sanitaires. C'est la première fois qu'un tribunal allemand reconnait la milice Ahrar al-Cham comme un groupe terroriste, rappelle l'agence de presse allemande DPA. "Ils connaissaient les objectifs et les agissements" de la milice "et les partageaient comme leurs propres convictions religieuses", a indiqué le président du tribunal Hartmut Schnelle, cité par DPA. (Belga)

Nos partenaires