Albert II refuse d'être considéré comme père de Delphine

03/09/13 à 11:49 - Mise à jour à 11:49

Source: Le Vif

Delphine Boël a annulé, mardi, sa procédure en reconnaissance de paternité introduite en juin dernier contre le roi Albert II, au tribunal de première instance de Bruxelles. Ce dernier a fait dire par son avocat, Guy Hiernaux, qu'il n'est pas le père de Delphine."Il refuse d'être considéré comme le père de Delphine" a déclaré l'avocat à la presse.

Albert II refuse d'être considéré comme père de Delphine

© Belga

L'intéressée renonce en fait à citer le roi Philippe et la princesse Astrid comme initialement prévu, mais elle introduira une nouvelle procédure, lundi, devant le même tribunal, citant cette fois uniquement Albert II, celui-ci n'étant plus couvert par l'immunité royale.

Delphine Boël avait cité, en juin dernier, son père adoptif, Jacques Boël, Philippe de Belgique, alors prince héritier, ainsi que la princesse Astrid et le roi Albert II.

Elle souhaitait prouver qu'elle était bien la fille du roi Albert, et pas celle de Jacques Boël, sollicitant, s'il l'était nécessaire, des tests ADN.

Elle avait cité deux enfants du roi Albert au cas où ce dernier, protégé par l'immunité royale, n'accéderait pas à sa demande.

En juin, Albert II était en effet toujours roi et donc inviolable. Son abdication le 21 juillet dernier a tout changé.

Delphine Boël et son avocat, Me Alain De Joung, ont donc annulé leur première action mardi et en introduiront une autre, similaire, mais ne citant qu'Albert II et Jacques Boël, lundi.

Il sera tout d'abord question pour la demanderesse de contester la paternité de Jacques Boël et ensuite de demander une reconnaissance de paternité d'Albert II, ce qui pourrait passer par un test ADN.

En savoir plus sur:

Nos partenaires