Aix-la-Chapelle envisage une action en justice contre Tihange

28/01/16 à 20:09 - Mise à jour à 20:08

Source: Belga

La région urbaine d'Aix-la-Chapelle, à savoir la ville d'Aix-la-Chapelle et ses dix communes associées, l'arrondissement de Düren ainsi que trois communes néerlandaises proches de la frontière, envisagent d'ester en justice à la suite du redémarrage en décembre dernier de réacteur nucléaire de Tihange 2.

Aix-la-Chapelle envisage une action en justice contre Tihange

© BELGA

Quatre arrondissements de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de Rhénanie-Palatinant soutiennent par ailleurs cette démarche.

Une plainte sera probablement déposée par la ville d'Aix-la-Chapelle et ses communes associées contre l'État belge concernant la problématique du nucléaire et plus particulièrement le redémarrage du réacteur de Tihange 2, situé à une septantaine de kilomètres de l'Allemagne. Selon l'agence DPA, les communes néerlandaises de Maastricht, Heerlen et Kerkrade souhaitent se joindre à la plainte.

C'est devant le conseil d'État que cette plainte sera introduite par ces communes proches de la frontière belge. Une seconde plainte sera déposée devant une juridiction bruxelloise pour demander l'arrêt du réacteur nucléaire de Tihange.

"Nous prouvons, en tant que petite région, que toutes les possibilités n'ont pas été utilisées pour demander la fermeture du réacteur", ont indiqué jeudi des responsables communaux d'Aix-la-Chapelle.

Au début du mois de janvier, le ministre de l'Environnement du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Johannes Remmel, avait réclamé que la Commission européenne s'intéresse de plus près aux questions de sécurité du parc nucléaire belge. Il qualifiait Tihange 2 de réacteur "tombant en ruine" et estimait que le gouvernement belge jouait à "la roulette russe".

La Commission avait précisé que la garantie de la sécurité des centrales nucléaires est une compétence nationale. Lundi prochain, la ministre allemande de l'Environnement Barbara Hendricks rencontrera à Bruxelles le ministre de l'Intérieur Jan Jambon pour lui faire part des inquiétudes de l'Allemagne concernant l'état des centrales nucléaires belges de Doel et Tihange.

La décision formelle sera prise le mardi 2 février.

Nos partenaires