Agression d'une magistrate: "Karin Gérard fait l'objet d'une protection"

07/01/16 à 17:09 - Mise à jour à 17:09

Source: Belga

(Belga) La magistrate bruxelloise Karin Gérard, présidente de chambre à la cour d'appel de Bruxelles, fait l'objet d'une protection depuis son agression lundi, a indiqué jeudi le cabinet du ministre de la Justice, Koen Geens. "Le Centre de Crise a décidé de mettre en place des mesures de protection à son encontre", explique la porte-parole du ministre, Davine Dujardin. "Le ministère de la Justice prend la sécurité des magistrats très au sérieux." Le Centre de Crise n'a pas souhaité confirmer l'information, mais affirme cependant être compétent pour la protection des personnes menacées dans l'exercice de leur fonction.

Agression d'une magistrate: "Karin Gérard fait l'objet d'une protection"

Agression d'une magistrate: "Karin Gérard fait l'objet d'une protection" © BELGA

"Le lien entre l'évènement (agression de Karin Gérard, ndlr) et le procès d'Assises qu'elle préside en ce moment n'a actuellement pas été formellement établi", rappelle tout d'abord Mme Dujardin. "Mais après cet incident, des mesures de sécurité ont été définies à son encontre par le Centre de Crise." Au niveau de la sécurité des magistrats, le SPF Justice ne peut pas se substituer au travail de la police ou du Centre de Crise et assurer lui-même la sécurité de ces personnes, mais il a néanmoins développé une série de mesures. D'abord, plus globalement, au niveau de la sécurité des bâtiments judiciaires. Ensuite, le SPF Justice assure aussi la technoprévention auprès des personnes menacées: "notre rôle au niveau technopréventif consiste à donner les conseils nécessaires quant à la procédure à suivre en cas de menaces, mais aussi écouter les besoins des personnes concernées. Le SPF Justice travaille actuellement à développer davantage le domaine technopréventif", explique Davine Dujardin. Le SPF peut également jouer un rôle consultatif auprès des services chargés de la sécurité de ses magistrats en les éclairant, au besoin, sur certaines informations. Le Centre de Crise se charge, quant à lui, de garantir la protection nécessaire d'un magistrat, ou de toute autre personne dans l'exercice de ses fonctions. Il applique alors les même procédures qu'aux personnalités publiques. Pour déterminer les mesures préventives et de sécurité les plus adéquates, le Centre de Crise procède à différentes démarches, publiées sur son site: rassembler toutes les informations disponibles les confronter à la réalité, demander des analyses et des estimations auprès des services compétents, notamment auprès de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) et, enfin, déterminer quelles mesures sont les plus appropriées. Concrètement, la sécurité peut être assurée de façon diverse en fonction du degré de menace: déploiement de patrouilles de police ou encore un poste fixe. Elle est effectuée par la police locale, fédérale ou la Sûreté de l'Etat. L'organe du SPF Intérieur n'a cependant pas souhaité confirmer avoir mis en place des mesures de protection pour la magistrate Karin Gérard, indique son porte-parole Benoît Ramacker. "Nous travaillons au quotidien sur tous types de menaces. Bruxelles étant la capitale de l'Europe, le Centre de Crise s'occupe de 3.500 à 4.000 dossiers concernant la visite de personnalités par an." (Belga)

Nos partenaires