Aghanistan: 4 morts dans un attentat-suicide près de l'ambassade de Russie à Kaboul

20/01/16 à 15:42 - Mise à jour à 15:42

Source: Belga

(Belga) Au moins quatre civils ont été tués et 22 autres blessés mercredi dans un attentat-suicide sur une grande artère de Kaboul, à proximité de l'ambassade de Russie.

Aghanistan: 4 morts dans un attentat-suicide près de l'ambassade de Russie à Kaboul

Aghanistan: 4 morts dans un attentat-suicide près de l'ambassade de Russie à Kaboul © BELGA

Ce nouvel attentat, qui n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, intervient deux jours après une nouvelle rencontre quadripartite réunissant des représentants chinois, américains, pakistanais et afghans à Kaboul pour tenter de relancer le processus de paix entre le gouvernement afghan et les rebelles talibans. Le kamikaze a précipité sa voiture piégée contre un minibus transportant des civils sur la route de Dar ul-Aman, dans l'ouest de Kaboul, selon un haut responsable de la police de Kaboul. La zone de l'explosion était très fréquentée en cette fin d'après-midi où les Kaboulis rentraient chez eux. "Quatre civils, dont trois femmes, ont été tués et 22 autres blessés", a déclaré un porte-parole du ministère afghan de la Santé. Le bilan a été confirmé par le vice-ministre de l'Intérieur sur Twitter. L'attaque a eu lieu près de l'ambassade russe, située sur la route de Dar ul-Aman, qui relie le centre de Kaboul à l'ancien palais royal aujourd'hui en ruines. L'explosion a été entendue à plusieurs kilomètres à la ronde et a projeté un long panache de fumée dans le ciel. Les talibans ont fréquemment recours aux attentats-suicide à la voiture piégée et visent en majorité les soldats étrangers de l'Otan et les symboles du pouvoir afghan. Les insurgés, engagés dans un conflit lancé à la chute de leur régime en 2001, n'étaient pas présents à la réunion de lundi visant à relancer le processus de paix et on ignore quelles factions du mouvement comptent y participer. Après un premier dialogue direct entre talibans et représentants de Kaboul organisé l'été dernier au Pakistan, une deuxième rencontre prévue dans la foulée a été reportée sine die après l'annonce de la mort du mollah Omar, décédé en 2013. La désignation du mollah Akhtar Mansour, bras droit du mollah Omar, à la tête du mouvement a donné lieu à une guerre des chefs. Une faction a même fait sécession. (Belga)

Nos partenaires