Afghanistan: les Belges impliqués dans des incidents d'intensité "légère à moyenne"

12/11/10 à 15:09 - Mise à jour à 15:09

Source: Le Vif

Des militaires belges présents dans le nord de l'Afghanistan ont à nouveau été impliqués au cours de la semaine écoulée dans des incidents armés qui n'ont pas fait de blessé dans leurs rangs mais qui ont permis aux autorités afghanes de reprendre le contrôle d'un village, a indiqué vendredi le ministère de la Défense.

Afghanistan: les Belges impliqués dans des incidents d'intensité "légère à moyenne"

© Belga

Ces incidents de tirs, qualifiés "d'intensité légère à moyenne", se sont déroulés dans le cadre de l'opération "Quatlian" lancée par l'armée afghane afin de sécuriser le village éponyme, situé au sud-est de la ville de Kunduz, et d'y construire un poste de combat local.

Les troupes de la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), dirigée par l'OTAN, ont également dû faire appel à des avions de combat pour obtenir du soutien aérien rapproché ("Close Air Support", CAS), a ajouté un porte-parole de la Défense, lors du point de presse hebdomadaire consacré aux opérations menées par l'armée belge à l'étranger.

Dans la nuit du 3 au 4 novembre, les insurgés qui étaient présents dans le village l'ont toutefois subitement quitté, parfois en portant une burka pour donner le change, a-t-il précisé.

Les militaires belges impliqués font partie d'une équipe d'instructeurs, - une "Operational Mentoring and Liaison Team" (OMLT dans le jargon de l'OTAN) -, qui encadre un "kandak" (bataillon) afghan. Ils ont respecté leurs règles d'engagement (fixées par le gouvernement), a assuré le porte-parole.

L'opération "Quatlian" est en cours depuis fin octobre et progresse "pas à pas", a-t-il ajouté en se refusant à toute précision sur l'implication d'autres pays de l'ISAF, comme l'Allemagne, très présente militairement dans le nord de l'Afghanistan. La phase de "stabilisation" s'est déroulée du 4 au 10 novembre et devrait permettre l'arrivée de l'électricité dans le village.

Quant aux chasseurs-bombardiers F-16 déployés à Kandahar (sud) pour appuyer les troupes terrestres de l'ISAF, ils ont fait usage le lundi 8 novembre de leur armement pour venir en aide à des troupes alliées au contact avec des insurgés. Cette intervention n'a provoqué aucun dommage collatéral, a assuré le porte-parole, sans fournir d'autres détails sur le type d'armement utilisé et les circonstances de l'incident.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires