Affaires étrangères : "un rappel du devoir, pas un rappel à l'ordre" pour l'ambassadeur

24/12/12 à 07:29 - Mise à jour à 07:29

Source: Le Vif

Le ministre des affaires étrangères, Didier Reynders, n'a pas rappelé à l'ordre l'ambassadeur de Belgique au Congo-Brazzaville mais va bien lui adresser un rappel de devoir de réserve et de courtoisie, a précisé ce lundi le porte-parole des affaires étrangères, Michel Malherbe.

Affaires étrangères : "un rappel du devoir, pas un rappel à l'ordre" pour l'ambassadeur

© BELGA

"Un rappel à l'ordre est en effet un acte formel qui résulte d'une mesure disciplinaire. Ici, ce n'est pas le cas. L'ambassadeur se voit adresser une lettre le rappelant à son devoir de réserve et de courtoisie linguistique, mais pas un rappel à l'ordre", a-t-il précisé.

Cet acte fait suite à un briefing fait uniquement en néerlandais par l'ambassadeur belge, Jan de Bruyne, lors d'une mission organisée mi-décembre au Congo-Brazaville par l'agence à l'exportation flamande FIT et à laquelle se sont jointes les agences wallonne et bruxelloise.

L'ambassadeur belge Jan de Bruyne, étiqueté N-VA par la presse, se chargeait de la présentation et n'a fait son briefing qu'en néerlandais, sans citer une seule fois le mot Belgique et en s'attaquant au pays hôte, critiquant son passé, son président, etc., ont dénoncé plusieurs hommes d'affaires qui participaient à cette mission.

Reynders revoit les directives des visites ministérielles à l'étranger

Par ailleurs, suite à l'incident qui s'est produit lors de la mission de Didier Reynders en Arabie saoudite la semaine passée, les directives applicables aux visites à l'étranger de ministres belges ont été revues et sont désormais plus strictes. Elles prévoient que le ministre des Affaires étrangères devra donner son accord aux modifications de programme, rapporte lundi le quotidien "De Morgen".

Le ministre des Affaires étrangères a envoyé une circulaires aux postes diplomatiques belges après l'incident qui s'est produit lors de sa mission en Arabie saoudite la semaine passée. Il avait eu un entretien non prévu avec deux princes saoudiens, Nayef et Saud al-Shaalan. L'ambassadeur de Belgique à Ryad avait suggéré cette rencontre en raison des contacts qu'entretiennent les deux frères avec les Frères musulmans et des groupes salafistes en Syrie.

Il était toutefois apparu que Nayef al-haalan était recherché pour trafic de grogue et faisait l'objet d'un signalement par Interpol et la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine après une condamnation en France en 2007.

Ni M. Reynders, ni l'ambassadeur n'étaient au courant des antécédents judiciaires de leur interlocuteur au moment de la rencontre, les autorités diplomatiques n'ayant pas procédé au "screening" requis.

Dans un premier temps, il avait semblé que l'affaire ne connaîtrait pas de suite disciplinaire mais, selon le quotidien, le Conseil disciplinaire prendra tout de même des sanctions à l'encontre de M. Vinck.
Levif.be avec Belga

Nos partenaires