Affaire Wesphael : Paul Lannoye demande la libération de son ami député

13/11/13 à 12:04 - Mise à jour à 12:04

Source: Le Vif

Dans une lettre ouverte à Patrick Dupriez, président du parlement wallon, et Jean-Charles Luperto, président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les deux assemblées, dont Bernard Wesphael est membre, Paul Lannoye, père fondateur d'Ecolo et ami du député incarcéré depuis le 31 octobre pour l'assassinat de sa femme, demande le respect de l'immunité parlementaire et la retenue des médias.

Affaire Wesphael : Paul Lannoye demande la libération de son ami député

© Frédéric Pauwels

Voici la lettre :

"Monsieur Patrick Dupriez, ,

Monsieur Jean-Charles Luperto,

Au vu des évènements qui ont suivi le drame du 31 octobre à Ostende au cours duquel Véronique Pirotton a trouvé la mort, je prends l'initiative de vous interpeller face à ce que je considère comme un manquement grave de votre part et comme une dérive dangereuse pour le fonctionnement de la démocratie représentative.

Trois faits graves se sont déroulés et vous ont laissé muets.

Le premier est l'inculpation de Bernard Wesphael pour assassinat annoncée dès le 2 novembre dans la presse. Rien ne semble confirmer la pertinence de cette qualification, dont les motivations sont à ce stade incompréhensibles.

Le second est l'incarcération de Mr Wesphael au mépris total de l'immunité parlementaire. Le flagrant délit étant la seule exception légale justifiant cette mesure, il est clair qu'il est très étrange de le voir évoqué dès lors que les faits se sont déroulés à l'écart de tout témoin potentiel hormis l'accusé, lequel clame son innocence, et que les causes du décès restent non élucidées.

Le troisième est le traitement médiatique indigne que Bernard Wesphael a subi. Certains organes de presse, ont condamné un suspect avant la fin de l'instruction même ; c'est un comportement révoltant et inacceptable d'un point de vue déontologique.

Aucun de ces faits graves n'a suscité la moindre réaction de votre part.

Il ne s'agit pas ici de protéger Mr Wesphael contre la justice mais bien de faire respecter les droits d'un membre du parlement quel qu'il soit, contre une décision de justice arbitraire et un lynchage scandaleux.

L'incarcération de Bernard Wesphael, sans levée de l'immunité parlementaire est une décision arbitraire, qui, de surcroît, empêche le fonctionnement normal des parlements dont vous assumez la présidence. Mr Wesphael depuis qu'il siège comme indépendant est en effet l'unique représentant d'un courant politique qui se voit ainsi privé de parole.

Par ailleurs, je prétends qu'un appel à la retenue envoyée aux médias qui se sont permis de juger avant tout procès aurait été le bienvenu de votre part.

En faisant preuve de pusillanimité, vous avez, je le crains, créé un précédent dangereux.

Il est de votre devoir de faire savoir à l'opinion publique que l'immunité parlementaire ne peut être confondue avec l'impunité et que la présomption d'innocence est un principe intangible.

J'ose espérer que, après réflexion, votre parlement sortira enfin d'une réserve frileuse qui a assez duré. Il y va de la crédibilité du monde politique.

Je vous remercie de votre attention et vous prie d'accepter mes sincères salutations.

Paul Lannoye

Député européen honoraire "

Nos partenaires