Actions des services publics - Le PS et le sp.a mettent en garde contre une division des syndicats

01/06/16 à 13:37 - Mise à jour à 13:37

Source: Belga

(Belga) Les cheffes de groupe PS et sp.a à la Chambre, Laurette Onkelinx et Meryame Kitir, ont mis en garde mercredi contre une division des syndicats, notamment sur un axe nord-sud, dont les conséquences pourraient être "dramatiques" pour le pays et le progrès social.

Actions des services publics - Le PS et le sp.a mettent en garde contre une division des syndicats

Actions des services publics - Le PS et le sp.a mettent en garde contre une division des syndicats © BELGA

Dans un "appel pour des syndicats unis", Mmes Onkelinx et Kitir affirment que le pays tient par la volonté d'une majorité de la population, par la solidarité collective instaurée par la Sécurité sociale, mais aussi "par la force des partenaires sociaux organisés sur base nationale". "Si cette organisation-là explose, les conséquences peuvent être dramatiques pour le pays et pour le progrès social". Les deux cheffes de file socialistes invitent chacun à faire des efforts: "certains pour mieux mesurer la réalité parfois plus difficile dans une autre région, les autres pour éviter des mouvements dits sauvages qui divisent le front syndical nord/sud." "Ce n'est pas en divisant les forces de progrès qu'on protègera la population contre des politiques régressistes et scandaleuses. C'est en se serrant les coudes contre l'injustice", ajoutent les deux députées. Au passage, elles renvoient dos à dos "la droite, qui estime nécessaires des réformes vigoureuses et pénibles, alors qu'elles ne sont en réalité que l'application de vieilles recettes conservatrices du passé, et l'extrême gauche, qui nie tous les progrès sociaux de notre pays et espère que le pourrissement de la situation permettra la révolution de type communiste dans 15-20 ans". Plus tôt dans la journée, le président du cdH Benoît Lutgen avait lui appelé le gouvernement et les syndicats à observer un moratoire de plusieurs jours, le premier en suspendant les mesures qui heurtent les services publics, les seconds en stoppant les grèves en cours. La veille, au terme d'une journée de grève des services publics, le Premier ministre Charles Michel avait assuré que le gouvernement fédéral restait ouvert au dialogue, mais aussi rappelé l'importance des réformes qu'il mène et dont il entend maintenir le cap. (Belga)

Nos partenaires