Action d'agriculteurs prévue mercredi matin à la frontière franco-belge

26/01/16 à 21:08 - Mise à jour à 21:06

Source: Belga

Des agriculteurs français en colère contre la chute des prix du lait et de la viande mèneront une action mercredi matin à la frontière franco-belge, sur la N6 à hauteur de Bettignies, commune française du département du Nord située entre Mons et Maubeuge, a-t-on appris auprès de la Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea) et de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

Action d'agriculteurs prévue mercredi matin à la frontière franco-belge

© Belga

Des agriculteurs belges participeront à cette action qui devrait prendre la forme d'un barrage au poste-frontière.

Les agriculteurs entendent à nouveau protester contre des prix si peu rémunérateurs que, souvent, ils ne couvrent même plus leurs coûts de production. Entre 100 à 150 agriculteurs, sont attendus, certains au volant de leur tracteur.

Plusieurs actions ont été menées ces derniers jours dans l'Hexagone, des agriculteurs installant des barrages routiers dans plusieurs régions comme la Bretagne, le Poitou-Charentes, la Haute-Marne et l'Aveyron.

Face à l'écroulement des prix du lait et de la viande de porc, entre autres, qui dure depuis plusieurs mois, les agriculteurs réclament une forme de régulation qui permette un rétablissement des prix. "On veut nous faire produire, produire, produire... Mais l'Europe fait fausse route. Il faut réguler. Les agriculteurs belges et français se sentent lâchés par l'Europe qui ne réagit pas", explique à l'agence Belga le président de la Fugea, Philippe Duvivier, dénonçant "l'immobilisme" d'une Commission européenne "qui décide de tout et refuse une régulation du marché".

"Nos élevages sont tous impactés, du lapin au bovin en passant par le porc. La situation est complètement inacceptable. En France, les agriculteurs sont à bout. Si on ne fait rien, cela va aller de mal en pis au niveau des actions. Il faut que l'Europe et les Etats changent leur fusil d'épaule", prévient pour sa part Jean-Christophe Rufin, agriculteur français membre de la FNSEA.

Par ailleurs, des producteurs laitiers de 12 pays européens, dont la Belgique, rencontreront le pape François mercredi matin au Vatican. A l'initiative de l'European Milk Board (EMB), ceux-ci veulent sensibiliser le souverain pontife à la crise du secteur agricole.

Nos partenaires