Action anti-terroriste : Bonte critique la coordination, Reynders réfute

23/01/15 à 11:47 - Mise à jour à 11:47

Source: Belga

Hans Bonte, bourgmestre sp.a de Vilvorde d'où sont partis près de 30 jeunes combattre en Syrie et en Irak, a estimé vendredi dans Het Laatste Nieuws que les différents niveaux de pouvoir en Belgique ne parvenaient pas à se coordonner suffisamment pour répondre au radicalisme.

Action anti-terroriste : Bonte critique la coordination, Reynders réfute

Hans Bonte, bourgmestre sp.a de Vilvorde. © Belga

"L'échange d'informations entre justice et police reste problématique, les corps disposent de trop peu de moyens, les villes ne prennent pas toutes ce problème avec le même sérieux et les approches de la prévention et de la répression sont dipersées entre trop de niveaux de pouvoir", estime M. Bonte.

Il réclame la désignation d'un coordinateur, en tant que commissaire du gouvernement. Cet homme devrait connaître la problématique telle qu'elle est répartie entre niveaux de pouvoir, entretenir des contacts avec le monde musulman et surtout être capable de communiquer avec modération.

A ses yeux, le profil idéal est celui de son homologue de Malines, Bart Somers (Open Vld), qui s'était fait remarquer dernièrement en refusant que des militaires soient déployés dans sa commune.

La proposition n'est pas du goût du gouvernement. "Prématuré", a jugé le vice-Premier ministre MR Didier Reyners, interrogé sur les ondes de la VRT. "Je ne vois pas de réelle valeur ajoutée à un tel coordinateur", a-t-il dit. M. Reynders rappelle l'existence du Conseil national de sécurité, pour la coordination du gouvernement avec les services de sécurité et de renseignement du pays au sein d'un collège.

Le coordinateur pourrait être le président du collège, ou un coordinateur à titre provisoire, a-t-il relevé. Bart Somers ne dit pas autre chose: un commissaire de gouvernement spécifique n'aurait aucune valeur ajoutée, a-t-il indiqué dans un communiqué, renvoyant au rôle du Premier ministre Charles Michel.

Il se dit toutefois favorable à un soutien plus appuyé aux communes comme celle de Hans Bonte, confrontée au retour de djihadistes. A la N-VA, qui compte dans ses rangs les ministres de l'Intérieur et de la Défense, la suggestion passe mal également: "le gouvernement Michel 1er apporte une réponse rapide et appropriée à la menace terroriste, mais les socialistes veulent créer un nouveau poste", a réagi le parti sur Twitter.

En savoir plus sur:

Nos partenaires