Accord de principe sur le budget mais désaccord sur l'"ensemble des réformes"

13/10/16 à 21:39 - Mise à jour à 23:10

Source: Belga

Le vice-Premier MR, Didier Reynders, a réaffirmé que les principaux ministres du gouvernement fédéral avaient conclu un accord sur l'ajustement budgétaire 2016 et le projet de budget 2017, tout en admettant que les discussions entre partenaires de la coalition achoppaient toujours sur l'"ensemble des réformes" à mettre en oeuvre.

Accord de principe sur le budget mais désaccord sur l'"ensemble des réformes"

© Belga

"C'est l'aveu que l'on vit une situation complexe", a-t-il déclaré lors de l'émission Jeudi en Prime de la RTBF-télévision, à propos de l'appel lancé par Premier ministre Charles Michel à sa majorité suédoise de surmonter ses divisions à l'heure où le gouvernement n'est toujours pas parvenu à approuver définitivement son budget ni à conclure un accord sur les réformes structurelles qu'il entend mener.

Le gouvernement fédéral traverse une crise depuis lundi soir. Le budget était en passe d'être bouclé mais les discussions ont achoppé sur les réformes structurelles à mener lorsque le CD&V a réclamé une taxation des plus-values.

"Sur le premier volet qui nous occupe, le budget, on est effectivement maintenant sur un budget stabilisé", a dit M. Reynders. "Tout le monde est bien d'accord qu'il n'y aura aucune taxation sur la consommation, aucune augmentation des impôts sur les revenus, qu'il y aura de la fiscalité sur le capital et des économies", a-t-il ajouté, évoquant le chiffre de 200 millions d'euros d'efforts supplémentaires dans le secteur des soins de santé.

"Par contre, il n'y pas d'accord, c'est évident pour l'instant, sur l'ensemble des réformes qui accompagnent le budget", a-t-il dit, citant la réforme du marché du travil, la modification de la loi de 1996 sur la compétitivité des entreprises belges et la réforme de l'impôt des sociétés. Est venu s'ajouter à cela une demande (du CD&V) concernant la taxation des plus-values", a poursuivi le ministre des Affaires étrangères.

Nos partenaires