Accidents et suicides: un ancien médecin militaire dénonce "les oubliés" de l'armée

29/06/13 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Le Vif

Un ancien médecin militaire, le colonel Marc Lemmens, dénonce dans un livre la multiplication des accidents de travail et des suicides survenus à l'armée dans "un silence terrifiant", selon l'expression qu'il utilise dans une interview publiée ce samedi par l'hebdomadaire 'Marianne'.

Accidents et suicides: un ancien médecin militaire dénonce "les oubliés" de l'armée

© Image Globe

"Peu importe que des militaires belges souffrent et meurent parce que la Défense ne veut pas appliquer la législation sur le bien-être au travail. Peu importe qu'ils se suicident deux fois plus que la population belge. Peu importe qu'ils soient licenciés abusivement pour raisons médicales, sans espoir d'être reclassés. Peu importe que les candidats soient discriminés à l'embauche pour raisons médicales. Tout le monde se fout des oubliés de la grande muette", affirme le Dr Lemmens qui a quitté le service actif en 2012 après 34 ans de carrière.

Dans son livre, intitulé "Les oubliés de la Grande Muette", l'ex-médecin dénonce aussi les infractions commises par le ministère de la Défense en matière de bien-être au travail, en particulier la surveillance de la santé devant être réalisée par la médecine du travail. Il en expose les conséquences sur la santé des militaires, qui subissent des blessures, des maladies et des décès qui pourraient être évités si tous les domaines du bien-être au travail étaient traités adéquatement de façon légale.

Selon lui, les accidents de travail ont causé en 2012 deux morts et 661 blessés au sein de la Défense, alors que, souligne-t-il, le nombre de "décès en circonstances "suspectes" - qui s'avèrent souvent être des cas de suicide - se sont multipliés ces dernières années au sein des unités.

Dans son travail de recherche, ce médecin inspecteur du travail a constaté qu'entre 1976 à 2000, le taux de suicide parmi les militaires était resté en dessous de la moyenne belge. Mais à partir de 2000, la tendance s'est inversée, avec des pics en 2002, 2003 et 2008 pour atteindre plus d'une cinquantaine de cas de suicides chez les militaires - alors que le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a fait état, dans une réponse à une question parlementaire de dix suicides pour l'année 2008 et de seize l'année suivante.

L'ex-colonel Lemmens ajouté qu'il a été régulièrement confronté à des morts subites pendant les activités physiques et sportives. "On constatait toujours des lacunes dans la prévention, notamment cardio-vasculaire. Certains refusaient de considérer qu'il s'agissait d'une activité à risque qui aurait exigé une surveillance de la santé", ajoute-t-il.

Interrogé par l'agence BELGA, le service de presse a fourni la même réponse que celle donnée à 'Marianne'. "Le docteur Marc Lemmens n'est plus en service actif. Il ne travaille donc plus pour la Défense depuis quelque temps. Or, des progrès significatifs concernant les manquements mentionnés dans son livre ont été enregistrés ces derniers mois", a indiqué un porte-parole.

"La traduction de la législation en une politique interne claire, un contrôle interne amélioré et un meilleur dialogue avec l'inspection du travail et les partenaires sociaux n'en sont que quelques exemples parmi d'autres. Le travail n'en est pas pour autant terminé (et ce n'est pas seulement le cas à la Défense), l'effort doit être poursuivi", a-t-il ajouté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires