Accident de trains à Godinne: le périmètre de sécurité ramené à 350 mètres

11/05/12 à 20:24 - Mise à jour à 20:24

Source: Le Vif

Le périmètre de sécurité dressé à la suite de la collision, vendredi vers 11h30, entre deux trains de marchandises à Godinne a été ramené de 800 à 350 mètres, a-t-on appris en fin d'après-midi au cours d'un point-presse en présence du bourgmestre d'Yvoir et des pompiers.

Accident de trains à Godinne: le périmètre de sécurité ramené à 350 mètres

© Belga

Les personnes qui habitent dans ce périmètre ne pourront pas regagner leur domicile avant samedi midi au plus tôt.

Les riverains qui avaient été évacués et dont l'habitation se trouvent au-delà de 350 mètres du lieu de l'accident vont quant à elles pouvoir regagner leur domicile. Les autres, qui se trouvent dans le nouveau périmètre de sécurité, devront passer la nuit chez des proches, dans les centres d'accueil des cliniques universitaires de Mont-Godinne ou dans la salle du Maka, à Yvoir. La police n'était pas en mesure de préciser combien de personnes sont concernées.

La fuite de produit constatée à la suite de l'accident se trouve au niveau des tuyaux de remplissage d'un des wagons de l'un des deux trains accidentés, a précisé le commandant des pompiers d'Yvoir, M. Boussifet. Cet élément pourrait expliquer que le produit se soit échappé en faible quantité.

Des trains sont par ailleurs attendus pour découpler et remorquer les wagons des trains accidentés pouvant encore rouler. En outre, des wagons-citernes doivent transvaser le produit liquide toxique, le disulfure de carbone, qui se trouve dans un wagon. Selon le commandant des pompiers, cette opération, qui n'avait pas encore commencé en début de soirée, est risquée et ne devrait pas être terminée avant samedi midi.

Les locomotives n'étaient pas pourvues du système ETCS

Les deux locomotives n'étaient pas pourvues du système de
sécurité ETCS, a-t-on appris auprès de la SNCB-Logistics, propriétaire des trains. Les voies elles-mêmes n'étaient pas plus équipées du système de sécurité, a ajouté la société. L'ETCS a pour but de renforcer la sécurité sur le rail et de faciliter l'interopérabilité. Ce système de contrôle permanent a pour objectif d'empêcher tout dépassement d'un signal rouge et de la vitesse maximale autorisée.

Les deux locomotives impliquées dans l'accident sont de type 13 (T13). Actuellement, 35% de ces locomotives de la SNCB-Logistics sont équipées du système européen de sécurité ETCS. Pour la fin 2013, toutes les locomotives de ce type de la SNCB-Logistics, qui sont amenées à effectuer des trajets internationaux, seront pourvues du système de sécurité européen.

La SNCB-Logistics dispose également d'un parc de locomotives de type 77 (T77). Plus de la moitié de celles-ci sont équipées du système TBL1+, qui permet d'arrêter automatiquement les trains en cas de franchissement d'un feu rouge et de contrôler la vitesse à l'approche d'un feu rouge mais qui présente moins d'avantages par rapport à l'ETCS. Le matériel actuellement équipé du TBL1+ pourra être adapté dans le futur au système européen ETCS.

Fin 2013, toutes les locomotives de la SNCB-Logistics seront munies soit du système TBL1+ ou soit de l'ETCS. Elles disposent déjà actuellement toutes d'un système de sécurité lumineux plus basique, le Mémor-crocodile, par lequel un voyant s'allume dans la cabine du conducteur à l'approche de feux pour avertir les conducteurs. Ce système complète celui du 'gong sifflet', un dispositif de sécurité sonore qui se déclenche également à l'approche de feux pour avertir les conducteurs.

La SNCB-Logistics précise que les trains de marchandises, contrairement à ceux des voyageurs, ne sont pas tenus de s'équiper de tels systèmes. Elle ajoute qu'elle est le seul opérateur dans le secteur du fret en Belgique à s'équiper actuellement du TBL1+. Elle dispose d'un parc total d'environ 200 locomotives.

La SNCB-Logistics ignore la cause de l'accident. Si les causes de la collision ne sont pas encore déterminées, trois hypothèses sont envisagées. Le conducteur du train en marche pourrait ne pas avoir vu le train à l'arrêt ou ne pas avoir vu un signal. La cause pourrait également se trouver dans un feu qui avait déjà connu des ratés la semaine dernière au niveau de la cabine de signalisation de Dinant.

LeVif, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires