Accident de Schellebelle : "L'approche de la Belgique pas assez professionnelle"

- Mis à jour le

Source: Le Vif

Luc Rombout, le coordinateur de l'Otan en cas de catastrophe, estime que la Belgique n'aborde pas de manière assez professionnelle les catastrophes qui se produisent sur son territoire.

Accident de Schellebelle : "L'approche de la Belgique pas assez professionnelle"

© Belga

"Nous ne tirons pas les leçons du passé", a-t-il expliqué mercredi dans De Morgen. Dans le quotidien De Standaard, le médecin urgentiste Ignace Demeyer estime quant à lui qu'une évacuation générale constituerait l'approche la plus simple et la plus efficace en ce qui concerne Wetteren. Il reconnaît cependant que c'est politiquement impossible.

"Les bourgmestres et les gouverneurs font de leur mieux pour faire face aux catastrophes. Cependant, la gestion de crise est un job à temps plein", estime Luc Rombout. "On attend du bourgmestre et du gouverneur qu'ils prennent toutes les décisions cruciales, qu'ils donnent l'alarme, mettent sur pied un centre d'accueil, ordonnent les évacuations...", explique-t-il dans De Morgen.

Contrairement à nos pays voisins, il n'existe pas en Belgique une tradition de la formation approfondie. "Nous n'avons pas de programmes d'entraînement, pas de normes de qualité strictes en cas d'urgence, et nous n'apprenons pas de nos erreurs", ajoute Luc Rombouts. Ce dernier estime également que les services de secours ne sont pas toujours au point en Belgique.

Le médecin, Ignace Demeyer, à la tête du détachement médical de Wetteren, souhaiterait pour sa part que la zone autour de l'accident soit complètement évacuée. "Il est actuellement difficile de savoir la manière dont vont se répandre les substances et d'éventuels résidus dans les égoûts", détaille-t-il. Il conçoit cependant qu'une évacuation générale est une décision compliquée à prendre pour les décideurs politiques.

Les derniers articles en un clin d'oeil



Nos partenaires