Accident à Sierre : "le car ne roulait pas trop vite"

14/03/12 à 19:11 - Mise à jour à 19:11

Source: Le Vif

Après vingt heures d'enquête, le procureur du Valais central, Olivier Elsig, chargé de l'enquête, a pu communiquer les pistes envisagées pour expliquer la ou les causes de l'accident tragique qui a eu lieu en Suisse mardi soir et dans lequel 28 personnes, dont 22 enfants, ont perdu la vie.

Accident à Sierre : "le car ne roulait pas trop vite"

© Reuters

Les pistes actuellement envisagées sont : un problème technique du véhicule, un problème de santé du conducteur ou une erreur humaine.

Suite à ces vingt premières heures d'enquête, le procureur Olivier Elsig a pu faire plusieurs constatations. Le car était relativement récent et le chauffeur avait pris le volant peu de temps avant l'accident. Grâce à l'analyse des images vidéo, il a pu être établi qu'il n'y avait eu aucune interaction avec un autre véhicule ou un problème de chaussée. Il semblerait également que la vitesse du véhicule ne soit pas mise en cause, a précisé le procureur.

Ils portaient probablement leur ceinture

En principe, tous les enfants portaient une ceinture de sécurité, puisque le car en était équipé. Mais le choc a été d'une telle violence que tout a volé en éclat, les sièges et les ceintures, selon le procureur.

En parallèle, les enquêteurs ont tenté de récolter des informations sur le véhicule, sur le chauffeur, etc. L'autopsie du chauffeur, qui est en cours, pourrait également apporter des éléments à l'enquête.

Plusieurs auditions de témoins sont également en cours parmi les personnes qui se sont présentées spontanément. Les victimes pourront également être entendues si leur état physique et psychologique le permet.

Les faits

Jean-Pierre Deslarzes, médecin-chef de l'Organisation cantonale valaisanne des secours, a également donné des nouvelles des victimes. Le bilan s'établit à 28 morts et 24 blessés, dont trois graves.

Les personnes blessées ont été réparties dans les hôpitaux de la région selon les disponibilités. Trois enfants présentant des lésions potentiellement graves sont hospitalisés au CHU de Lausanne.

14 enfants se trouvent toujours à l'hôpital de Sion, dont un en soins intensifs. Il devrait rejoindre le service de pédiatrie ce soir. Leur pronostic vital n'est pas en jeu.

A l'hôpital de Viège, six enfants sont hospitalisés avec des pathologies modérées à bénigne. Ils devraient quitter l'hôpital dans les jours à venir. L'enfant hospitalisé à Berne n'est pas en danger non plus.

Parmi les personnes décédées, il y a 6 adultes et 22 enfants : 21 sont Belges et 7 sont originaires des Pays-Bas.

Parmi les blessés, 22 personnes ont été identifiées : 17 Belges, 3 Hollandais, un Polonais et un Allemand. Deux personnes doivent encore être identifiées.

L'accident

Vers 21h15, un car immatriculé en Belgique qui circulait en direction de Sion, en Suisse, a dévié de sa trajectoire pour une raison encore inconnue. Il a heurté la chaussée sur la droite avant de percuter la paroi du tunnel, située à l'extrémité d'une place de secours. "Le choc frontal a été très violent", a indiqué Christian Varone, le chef de la police valaisanne.

L'alarme a été immédiatement donnée. Plus de 200 collaborateurs sont intervenus sur les lieux : des policiers, des pompiers, les services sanitaires et des psychologues. Une helpline a également été mise en place pour assurer le lien avec les familles des victimes. L'intervention qui a duré plus de huit heures a nécessité l'engagement de 12 ambulances et de 8 hélicoptères. "Beaucoup d'enfants ont été mutilés", a déclaré Jean-Pierre Deslarzes, médecin-chef de l'Organisation cantonale valaisanne des secours.

Le travail ne s'est pas arrêté au sauvetage des victimes, a assuré le procureur Olivier Elsig, puisque des chambres d'hôtel ont été réservées pour l'accueil des familles des victimes, une cellule de crise a été créée et un interprète est également sur les lieux. Une chapelle ardente a été mise sur pied pour le recueillement.

Les modalités de rapatriement des blessés

Le conseil ministériel restreint, programmé jeudi, examinera l'ensemble des propositions formulées conjointement par le SPF Santé publique et Mutas, la coupole intermutualiste, réunis mercredi soir pour analyser les possibilités de rapatriement pour les blessés du dramatique accident d'autocar, survenu lundi soir, a indiqué le porte-parole du SPF Santé publique.

"La réunion a été constructive. Les différentes options envisagées seront examinées jeudi lors du 'kern'. Les premières décisions concrètes sont attendues pour la fin de l'après-midi", a détaillé le porte-parole.

Par ailleurs, le Service public fédéral (SPF) des Affaires étrangères continue de fournir une assistance consulaire aux victimes et à leurs familles.

Le Centre de crise est ouvert 24 heures à 24, et le restera aussi longtemps que nécessaire, pour assister les proches des victimes de la catastrophe, selon un communiqué.

Pour rappel, le numéro de téléphone du centre de crise pour les francophones est le 02/501.40.01, et pour les néerlandophones le 02/501.40.00.

Elio Di Rupo : "Quand on perd un enfant, il n'y a pas de mots"

Lors d'une conférence de presse en Suisse, le Premier ministre Elio Di Rupo a témoigné sa compassion envers les victimes et leurs familles. "Il s'agit d'un jour dramatique par l'ampleur de l'évènement, mais également par les personnes concernées qui sont principalement des enfants."

Le Premier ministre a également tenu à remercier les services de police, les pompiers et les services médicaux qui ont travaillé avec "professionnalisme et une générosité admirable".

Elio Di Rupo a souligné que la collaboration entre la Belgique et la Suisse a été remarquable. "C'est particulièrement important dans ce drame qui choque. Quand on perd un enfant, il n'y a pas de mot", a-t-il dit. "Nous continuerons à tout faire pour soulager la douleur des familles", a-t-il conclu.

Barack Obama présente ses condoléances

Le président américain Barack Obama a présenté ses "profondes condoléances" aux victimes et à leurs familles après l'accident d'autocar survenu en Suisse et qui a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants scolarisés en Belgique.

"Le président adresse ses condoléances les plus profondes aux victimes et à leurs familles après l'accident d'autocar survenu la nuit dernière en Suisse. La perte de si nombreuses vies, si jeunes, brise le coeur", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain (NSC), Tommy Vietor.

"Nos pensées et nos prières vont vers les communes belges de Lommel et Heverlee et vers le peuple belge dans son ensemble en ces moments difficiles", poursuit-il. "En tant qu'amis proches de la Suisse et de la Belgique, les Etats-Unis se tiennent prêts à fournir toute l'aide qui pourrait être utile", ajoute-t-il.

Le Vif.be

Nos partenaires