Abattage sans étourdissement - Le CCOJB se distancie du président du Consistoire mais le rejoint sur le fond

21/04/17 à 08:31 - Mise à jour à 08:32

Source: Belga

(Belga) Le Comité de coordination des Organisations juives de Belgique (CCOJB) s'est distancié des propos tenus par le président du Consistoire central israélite de Belgique jeudi au parlement wallon, dans le dossier de l'abattage rituel, tout en soutenant la position qu'il a défendue sur le fond.

"Le CCOJB se distancie des propos qui doivent être clarifiés ou retirés par leur auteur, au vu de leur gravité", a indiqué le Comité dans un communiqué. Entendu en commission du parlement wallon sur les propositions de décret wallon visant à interdire l'abattage d'animaux sans étourdissement préalable, le président du Consistoire Philippe Markiewicz avait indigné les députés en leur enjoignant de ne pas "poser le même acte" que l'occupant nazi qui, en 1940, s'en était pris à l'abattage rituel pratiqué par les juifs. Sur le fond en revanche, le CCOJB rejoint le Consistoire. "Un pays qui interdit des rites juifs et musulmans en rendant obligatoire un dispositif électrique (l'électronarcose, NDLR) à l'efficacité aléatoire, sans se soucier des animaux ébouillantés vivants (M. Markiewicz avait évoqué jeudi la cuisson du homard, NDLR) ou des entorses législatives au principe de la minimisation de la souffrance animale pour des raisons purement économiques (élevage en batterie, etc) est un pays qui dit aux Juifs et aux Musulmans qu'ils ne sont plus les bienvenus", selon le président du CCOJB, Yohan Benizri. A ses yeux, "l'interdiction de l'abattage rituel était autrefois justifié par un antisémitisme violent". "Aujourd'hui, elle est justifiée par ses promoteurs par le souci du bien-être animal", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires