A Namur, le wallon est aussi une arme politique

12/10/12 à 15:14 - Mise à jour à 15:14

Source: Le Vif

Dans la capitale wallonne, les tracts du candidat socialiste Frédéric Laloux, mais aussi du PTB, ressuscitent "le latin venu à pied du fonds des âges".

A Namur, le wallon est aussi une arme politique

© DR

L'antique parler populaire a depuis longtemps déserté les quais de la Meuse et de la Sambre. Mais dans la cité du Bia Bouquet, promue capitale régionale en 1986, la langue wallonne continue de vibrer dans les coeurs et dans les âmes. La preuve : les candidats aux élections communales s'en servent comme un outil de marketing électoral. "Vôtoz por vos, vôtoz Frèdo", annonce le tract de Frédéric Laloux, chef de groupe PS Namur et éphémère secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté en 2008.

A gauche toujours, et même à l'extrême gauche, les dépliants du PTB "jasent" eux aussi wallon. La section namuroise du parti marxiste dénonce "les djins a liards", "les prométeûs d'bons djoûs", et se plaint que "c'èst todi lès p'tits qu'on spotche".

F.B.

En savoir plus sur:

Nos partenaires