"À la longue, Stéphane Moreau partira"

02/11/17 à 08:30 - Mise à jour à 09:12
Du Le Vif/L'Express du 27/10/17

Les démêlés de Stéphane Moreau avec la justice et les présidents de parti occultent l'avenir du groupe Nethys. Plusieurs options sont sur la table : le statu quo ou le démantèlement partiel de l'entreprise. Le Vif/L'Express a appris que Meusinvest était intéressé par l'aéroport de Liège. Mais il a des concurrents... liégeois.

Posons une fois pour toutes que Publifin/Nethys est la propriété de la Province, de la Ville et des communes associées à Liège. Que la Province est dominée depuis 1982 par une alliance MR-PS. Que la Ville est tenue par une coalition PS-CDH. Que la permanence laïque n'empêche pas le CDH et Ecolo (parfois) de participer au Monopoly des mandats publics. Ainsi, quand il a été question du renouvellement du conseil d'administration de Nethys, ce n'est pas Paul-Emile Mottard, président du conseil d'administration de Publifin et chef de l'exécutif provincial, qui a négocié mais les poids lourds, présidents liégeois de parti ou présidents de partis liégeois : Jean-Claude Marcourt (PS), Daniel Bacquelaine (MR), Josly Piette pour Alda Greoli (CDH) et Muriel Gerkens (Ecolo). Cette dernière n'avait sans doute pas tous les codes car elle a claqué la porte, le 17 octobre. Elle souhaitait une mise à l'écart immédiate de Stéphane Moreau. Les citoyens sont théoriquement les propriétaires du conglomérat qu'ils ont financé de leurs impôts depuis 1923. Les chefs de parti veulent en garder la maîtrise : 3 000 emplois découlent de cette " initiative industrielle publique " qui fait roucouler Jean-Claude Marcourt et Josly Piette, pourtant peu expansifs.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires