A Bruxelles, en bateau, on dépasse (presque) les autos

05/07/13 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Source: Le Vif

C'est du moins l'intention des initiateurs du Waterbus, la première ligne fluviale pour passagers entre Bruxelles et Vilvorde, inaugurée ce vendredi.

A Bruxelles, en bateau, on dépasse (presque) les autos

© waterbus.eu

A partir de mardi prochain et jusqu'à la fin octobre, un bateau reliera Bruxelles (quai Béco) à Vilvorde aller et retour, trois fois par jour, les mardis et jeudis. Public-cible ? Les navetteurs, mais aussi les amateurs de shopping ou les promeneurs. C'est la concrétisation d'un projet inédit, qui a permis de dépasser les frontières régionales, communales ou linguistiques.

Tout au long du canal de la Senne, huit arrêts ont été aménagés sur une dizaine de kilomètres, notamment au pont Van Praet et au parc des Trois Fontaines. Si le succès se confirme, les fréquences seront augmentées, tout comme les jours de navigation, pour évoluer vers un transport en commun régulier. Le trajet complet dure près d'1h30, mais l'objectif est de mettre en place un bateau express qui ne prendra que 30 minutes. En heure de pointe, et surtout en cas de neige ou de verglas, cet "autobus fluvial" pourra faire étalage de ses avantages comparatifs. On pourra en outre y prendre un repas (léger) ou boire un verre.

"Le Waterbus propose une solution de mobilité complémentaire en Région bruxelloise et c'est aussi un mode de déplacement sans stress", a déclaré la ministre bruxelloise de la Mobilité Brigitte Grouwels (CD&V), pour qui l'intermodalité est coeur de ce projet-pilote. Les points d'accostage ne seront jamais loin d'un arrêt de la Stib ou de De Lijn. En outre, il sera possible d'embarquer son vélo.

Les tarifs sont modiques : 2 euros sur une zone tarifaire, 3 euros sur deux zones. Le projet est actuellement financé par les Régions bruxelloise et flamande ainsi que par la Loterie Nationale. Pour Brigitte Grouwels, "le financement a été la partie la plus ardue", bien plus que la collaboration entre Régions. "L'enthousiasme de travailler ensemble était présent dès le départ, et tout le monde est resté dans ses compétences", a-t-elle encore confié au Vif L'Express.

Autre atout du Waterbus : il pourrait ramener des clients dans le centre ville, à l'heure où l'on évoque la construction de mégacentres commerciaux en périphérie. "Il ne faudrait pas que le coeur de la ville meure à cause de shopping centers excentrés", avance Marion Lemesre (MR), échevine bruxelloise de l'Emploi et de l'Economie, qui parle d'une démarche de complémentarité plutôt que de concurrence.

L'unique bateau actuel ayant une capacité de 90 places, il est encore nécessaire de réserver au 02 218 54 10. Renseignements : www.waterbus.eu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires