85% des Flamands favorables à un impôt sur la fortune

10/12/14 à 11:00 - Mise à jour à 11/12/14 à 09:07

Source: Knack

Nos confrères du magazine Knack ont interrogé un millier de Flamands sur la crise, les disparités de revenus, la politique du gouvernement et les mouvements de protestation des dernières semaines.

85% des Flamands favorables à un impôt sur la fortune

© istock

Les avis des Flamands sur les actions des syndicats sont assez partagés. Environ 55 % d'entre eux les comprennent, 42 % pas du tout. Dans la catégorie des 35-54 ans, le soutien aux actions syndicales est important, un peu moindre au sein des électeurs N-VA (32 %).

"Les résultats montrent que cette crise divise fortement notre société", analyse le politologue Carl Devos (UGent) dans le magazine Knack. "De nombreuses personnes débattent de l'utilité des actions entreprises par les syndicats et à ce sujet les esprits s'enflamment. Les syndicats doivent faire attention à ce que leurs actions ne leur reviennent pas comme un boomerang en pleine figure."

Succès du 'tax shift'

L'enquête révèle aussi que 85 % des Flamands sont pour un impôt sur la fortune, si celle-ci s'élève au-dessus du million d'euros. Ce souhait est très élevé au sein des partisans du CD&V (91 %), les électeurs Open VLD et N-VA se disent aussi d'accord pour appliquer une telle mesure (78 %).

Une majorité des personnes interrogées sont aussi favorables à l'introduction d'un impôt sur les bénéfices engrangés par un patrimoine ou par la revente d'actions, et cela, toute tendance politique confondue.

Le "tax-shift", le glissement de la fiscalité du travail vers le capital qui est au centre des débats au gouvernement pour le moment, est plébiscité par de nombreux Flamands. "Le problème est que cette revendication d'un impôt sur la fortune émane principalement de l'opposition", avance Car Devos. "Si le gouvernement devait en venir à décider d'un tel impôt, cela serait vu comme une victoire du PS."

Enfin, 58 % des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête pensent que les inégalités de revenus ont augmenté et 85 % sont d'avis que le gouvernement doit agir contre ce déséquilibre. Quatre Flamands sur cinq se sentent aussi touchés personnellement par les mesures d'économies et environ la même proportion est d'avis que ces mesures sont pas bien réparties au sein de la population.

Knack (Trad. Ca.L)

En savoir plus sur:

Nos partenaires