"8 millions d'électeurs votent et à la fin c'est le PS qui gagne"

30/05/14 à 10:51 - Mise à jour à 10:51

Source: Le Vif

Une semaine après les élections, la presse flamande qualifie toujours la tâche de l'informateur Bart De Wever d'extrêmement difficile. Le PS complique encore le travail du président de la N-VA en commençant prématurément les négociations pour un gouvernement wallon.

"8 millions d'électeurs votent et à la fin c'est le PS qui gagne"

© Belga

Ce vendredi, le PS démarre des négociations pour former un gouvernement wallon et bruxellois. Le parti avait d'abord déclaré qu'il ne prendrait les premières initiatives que lundi. Le fait qu'il commence plus tôt indique qu'il désire également mettre la main sur le niveau fédéral. Les ténors du PS ont d'ores et déjà fait comprendre que les socialistes restent la plus grande famille du pays et qu'on ne peut l'ignorer, à aucun niveau.

De Morgen: "Le PS dame le pion à Bart De Wever"

"Le PS dame le pion à Bart De Wever" écrit De Morgen. "Le PS marche sur les plates-bandes du président de la N-VA, Bart De Wever. Comme il a été désigné comme informateur, il voit se briser la logique confédérale pour former un gouvernement flamand le plus rapidement possible". "Le PS a toujours dit qu'il faut négocier à propos de tous les niveaux. Si les francophones peuvent former un front, il peut être utilisé comme levier au niveau fédéral".

Het Laatste Nieuws: "8 millions d'électeurs votent et à la fin c'est le PS qui gagne"

Jan Seghers du journal Het Laatste Nieuws rappelle une déclaration de Gary Lineker: "Le football est un jeu simple ; 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et, à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent". Selon Seghers, on peut également appliquer cette boutade à la politique belge. "8 millions d'électeurs votent et à la fin c'est le PS qui gagne".

"Après le Vlaams Belang, le PS est le plus grand perdant du 25 mai, ce qui n'empêche pas Di Rupo, Magnette et Onkelinx de tout faire depuis le 26 mai pour mettre en oeuvre des coalitions avec le cdH et le MR à tous les niveaux, y compris le fédéral. Ce qui les sépare est moins important que ce qui les relie : leur aversion de la N-VA".

De Standaard: "Un gouvernement autour du CD&V et du MR avec Wouter Beke comme premier ministre"

"L'informateur Bart De Wever s'est attelé à une tâche sans issue" estime Bart Sturtewagen dans le journal De Standaard. "Sa tentative de centre droit n'avance pas d'un mètre". Sturtewagen prévoit plutôt un gouvernement autour de l'axe CD&V et MR évoqué par les présidents de ces partis dans son journal en janvier. Curieusement, plus personne n'en a parlé, ni pendant la campagne, ni après les élections.

D'après Sturtewagen, cela pourrait être une solution à laquelle les libéraux flamands pourraient adhérer. Dans ce scénario, Beke devient premier ministre et la N-VA peut prendre la direction du gouvernement flamand.

Het Belang van Limburg: "Il semble que Di Rupo pourra plus facilement ériger un bloc francophone contre De Wever que l'inverse"

"Petit à petit, il devient clair que quoi qu'il en soit, le public d'une communauté ou d'une autre sera ignoré" écrit Indra Dewitte dans Het Belang van Limburg. "Car alors que la Flandre s'est prononcée pour une politique de centre droit, nos voisins du sud ont choisi un cap de gauche. La question se pose donc : est-il possible de contenter à la fois l'électeur wallon et flamand".

"En ce moment, il semble que Di Rupo pourra plus facilement ériger un bloc francophone contre De Wever que l'inverse. Si c'est le cas, l'été sera chaud".

Gazet van Antwerpen: "Si le MR conclut une coalition avec le PS pour le gouvernement wallon, les perspectives de Bart De Wever seront particulièrement mauvaises".

Dans le Gazet van Antwerpen, Paul Geudens se demande comment le MR réagira à l'initiative du PS de former les gouvernements bruxellois et wallon. "Si les libéraux francophones concluent une coalition avec le PS pour le gouvernement wallon, les perspectives de Bart De Wever seront particulièrement mauvaises".

"En principe, des gouvernements symétriques ne sont pas nécessaires et la N-VA, le CD&V et l'Open VLD pourraient s'allier du côté flamand, mais c'est très peu probable".

Nos partenaires