5000 manifestants pour la marche de Jean-Denis Lejeune

19/08/12 à 08:11 - Mise à jour à 08:11

Source: Le Vif

Cinq mille personnes ont participé dimanche à la marche organisée par Jean-Denis Lejeune pour une réforme de la Justice, selon les derniers comptages de la police. Aucun incident n'a été rapporté, même si plusieurs manifestants ont souffert de la chaleur caniculaire.

5000 manifestants pour la marche de Jean-Denis Lejeune

© Belga

Selon Michel Moreau, directeur médical des secours, deux personnes ont été évacuées vers un hôpital pour des coups de chaleur. Les pompiers sont eux intervenus pour une quinzaine de personnes. Deux cars de police ont emmené environ 80 personnes trop épuisées pour achever cette marche sous le soleil jusqu'au point d'arrivée. Ce sont plus de 5000 personnes qui sont venues participer à la marche de Jean-Denis Lejeune pour une réforme de la justice.

Les manifestants réclament une réforme rapide de la justice qui laisserait, entre autres, plus de place à la victime dans le débat de libération du condamné. Cette action intervient à neuf jours de la décision de la Cour de cassation de valider, ou non, la libération conditionnelle de Michelle Martin, l'ex-compagne de Marc Dutroux.

Les parents de victimes de Marc Dutroux et Michelle Martin, qui participent à la marche organisée par Jean-Denis Lejeune dimanche rencontreront la ministre de la Justice Annemie
Turtelboom après la marche et le Premier ministre Elio Di Rupo le vendredi 24 août, ont indiqué le porte-parole d'Elio Di Rupo et Jean-Denis Lejeune, père d'une des victimes.

Dimanche, la marche est partie de la gare du Nord vers 15h00, même si rendez-vous est donné par les organisateurs dès 14h00. "Un podium sera monté au coin du boulevard Albert II et de la Petite ceinture", explique Jean-Denis Lejeune. "C'est là que quelques mots seront prononcés avant le début de la marche." Plusieurs discours ont été prononcés avant le départ des manifestants. Jean-Denis Lejeune, Patricia Lefranc (vitriolée en 2009),Laetitia Delhez et Paul Marchal ont pris la parole. En raison de la forte chaleur, un enfant qui participait à la manifestation a été victime d'un malaise. Il a été pris en charge par les services de secours. Plusieurs points de distribution d'eau ont par ailleurs été prévus tout au long du parcours.Cette manifestation, qui intervient après la décision de libérer conditionnellement Michelle Martin, l'ex-compagne de Marc Dutroux,vise à réclamer une réforme de la justice.

Le cortège a pris la direction du palais de Justice de Bruxelles, place Poelaert, en empruntant la Petite ceinture. La marche devrait durer une heure. "Le mot d'ordre, c'est la sérénité. Les gens peuvent s'habiller comme ils veulent, ce n'est pas une Marche blanche. La Marche blanche, il n'y en a eu qu'une, le 20 octobre 1996."

Jean-Denis Lejeune, le père de Julie, sera accompagné des parents d'An et Eefje et de Laetitia Delhez, l'une des deux victimes de Marc Dutroux ayant survécu. L'autre victime vivante, Sabine Dardenne, ne souhaite pas être présente. L'arrivée du cortège devrait se faire vers 16h00 à la Place Poelaert. Les parents des victimes se rendront ensuite au cabinet de la ministre de la Justice Annemie Turtelboom afin de lui expliquer leurs revendications, à savoir faire d'une réforme en profondeur de la Justice une priorité absolue. Ils rencontreront le Premier ministre, à ce sujet, le vendredi 24 août au Lambermont.

La marche de vendredi devant le couvent des Clarisses est annulée

La marche prévue vendredi contre la venue de Michelle Martin à Malonne a été annulée, a confirmé le bourgmestre de Namur. "Les organisateurs préfèrent que les énergies se concentrent sur la manifestation de dimanche à Bruxelles. Le débat touche à la réforme du système judiciaire et doit avoir lieu à Bruxelles, pas à Malonne", a indiqué Maxime Prévot. La Ville de Namur se prépare à la possible libération conditionnelle de l'ex-femme de Marc Dutroux.

Le bourgmestre de Namur a eu une réunion jeudi matin avec le procureur du Roi de Namur et la Maison de Justice afin de déterminer le dispositif à mettre en place si la venue de Michelle Martin au couvent des Clarisses de Malonne se confirme. "Nous profitons du laps de temps qu'il nous reste pour nous coordonner avec les polices locale et fédérale ainsi qu'avec le Parquet. Et il est clair que nous aurons besoin de l'appui des forces fédérales", a indiqué Maxime Prévot. Cinq marches ont été organisées à Malonne depuis la décision du tribunal d'application des peines de Mons le 31 juillet. Elles ont coûté 42.000 euros à la zone de police de Namur et ont demandé chacune la présence de trente policiers. Une action de soutien aux Clarisses a également eu lieu mardi après-midi dans une chapelle du village. D'après la RTBF, 65 personnes se sont rassemblées à l'initiative d'un membre de la communauté jésuite de Charleroi pour saluer leur geste d'accueil.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires