42 millions d'euros pour la promotion de la santé à Bruxelles

27/04/16 à 18:05 - Mise à jour à 18:09

Source: Belga

Les ministres bruxellois francophones Fadila Laanan (ministre-présidente - PS), Cécile Jodogne (Santé - DéFI), Céline Fremault (Aide aux personnes handicapées, Action sociale et Famille - cdH), et Didier Gosuin (Formation professionnelle - DéFI) ont défini mercredi 28 mesures qui seront prises en 2016 pour promouvoir la santé de la population dans la capitale. Un budget de quarante-deux millions d'euros est prévu dans ce cadre, ont-ils indiqué.

42 millions d'euros pour la promotion de la santé à Bruxelles

Cécile Jodogne, ministre COCOF chargée de la Fonction Publique et de la Politique de la Santé. © BELGA/Laurie Dieffembacq

Ces mesures visent les plus d'un million d'habitants bruxellois francophones, au bénéfice desquels la Commission Communautaire française de Bruxelles agit au quotidien dans une série de matières sociales et de santé, principalement.

Question de visibilité et d'efficacité, les ministres bruxellois francophones mènent périodiquement des réunions à thèmes depuis le début de la législature. Celles-ci permettent de mettre en exergue les synergies ainsi que les transversalités entre les différentes politiques menées par les pouvoirs publics sur le territoire bruxellois. "En terme de santé, la transversalité est indispensable, tant sur le terrain que dans le cadre institutionnel", a souligné Fadila Laanan.

A l'issue de ce gouvernement thématique, les ministres ont notamment annoncé l'élaboration d'un plan "attitudes saines" promouvant l'alimentation équilibrée, l'exercice physique et le bien-être. "A partir des besoins de la population bruxelloise et des projets existants, un travail de planification permettra de définir des objectifs réalistes et des stratégies concrètes afin de soutenir chacun et chacune dans l'adoption de choix éclairés dans ce domaine", a commenté Cécile Jodogne.

Trois domaines d'action en matière de santé sexuelle ont également été mis en évidence: un accent particulier sera mis sur un nouveau dispositif de dépistage délocalisé du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles; le projet EVRAS (Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle) sera renforcé, et un nouveau plan de lutte contre les mutilations génitales verra le jour.

"Il était temps que le gouvernement francophone bruxellois prenne des engagements plus forts pour lutter contre le phénomène extrêmement interpellant que sont les mutilations génitales", a souligné Céline Frémault, qui a dévoilé les détails du plan de lutte élaboré à cette fin. Un renforcement des moyens des associations traitant cette problématique et la mise en place d'un vrai réseau intra-bruxellois pour lutter contre ces violences sont notamment prévus.

Dans le cadre du gouvernement thématique, les ministres ont également annoncé l'agrément d'une 38e maison médicale ainsi que le déblocage d'aides au démarrage pour encourager la création de nouvelles structures de ce type. En matière de médecine préventive, la Cocof soutient par ailleurs deux programmes organisés de dépistage des cancers du sein et colorectal.

D'autres mesures concrètes, telles que la création de 18 places d'hébergement supplémentaires pour les malades chroniques et en soins palliatifs ou le renforcement des équipes pédopsychiatriques par un nombre plus élevé de logopèdes et de psychomotricien(ne)s sont au programme pour l'année 2016.

A travers un dispositif baptisé "coordination de l'exil", l'engagement d'accentuer la formation des professionnels en contact avec le public des migrants via les dispositifs d'urgence, d'accueil, de prévention ou d'accompagnement a aussi été pris.

"Nous nous sommes donné les moyens d'agir pour réaliser une politique au service de la santé de tous", a estimé la ministre Cécile Jodogne, soulignant que la politique de santé de la Cocof se devait "d'être exigeante et ambitieuse".

Nos partenaires