Thierry Fiorilli
Thierry Fiorilli
Rédacteur en chef du Vif/L'Express
Opinion

31/12/15 à 15:26 - Mise à jour à 15:25

2015, l'année supplice: Les Détraqueurs et la taille de notre âme

S'il y en a une dont la fin fait particulièrement plaisir, c'est 2015. Une sale année. Funeste.

Douze mois de tourments, de fureurs, d'anéantissements, de désastres. A les passer en revue, même avec le recul, la distance, la hauteur, on sent encore très distinctement l'odeur de la mort, de l'effroi et de la haine qui en suintent. On entend toujours le vacarme inouï qui s'en dégage, fouillis de gémissements, de glapissements, de rugissements, de sanglots et de ces rires démoniaques que nous réservaient, jusqu'ici, et seulement eux, les méchants des films très manichéens. Et on redéroule des images de tragédies et d'affrontements, et on voit redéfiler des visages de martyrs et de rescapés, et des scènes de chaos et de désolation, de colères et de psychoses, de miradors et de sauve-qui-peut. Et on constate que la plupart des héros ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires