1er mai: un "socialisme 2.0" protégeant l'humain et la nature

01/05/12 à 11:55 - Mise à jour à 11:55

Source: Le Vif

Le président du Parti du travail de Belgique (PTB), Peter Mertens, a défendu mardi à Anvers, à l'occasion de la Fête du travail, "le social, la démocratie et l'écologie" comme points de départ d'un "socialisme 2.0" protecteur de l'humain et de la nature.

1er mai: un "socialisme 2.0" protégeant l'humain et la nature

© Frédéric Pauwels

Stigmatisant l'Union européenne "de Merkel et de Sarkozy" et un néolibéralisme à la recherche du profit maximal, Peter Mertens n'a pas épargné les sociaux-démocrates.

"En Grèce et au Portugal, les Premiers ministres sociaux-démocrates n'ont pas appelé à la résistance contre les diktats de l'Union européenne et ont appliqué les premiers plans d'austérité", a-t-il relevé.

M. Mertens a jugé trop faible la fiscalité sur les multinationales, trop fort le pouvoir des "géants de l'énergie" et trop entrepreneuriale la gestion des services publics.

Le PTB, qui avait salué le score du radical de gauche Jean-Luc Mélenchon au premier tour des présidentielles françaises, voit émerger "un printemps des peuples européens" en Espagne, au Portugal, en Grèce et en France.

Prônant une "taxe des millionnaires" qui toucherait 2 pc des plus riches et rapporterait 8,7 milliards d'euros, Peter Mertens a également demandé de rendre le secteur bancaire public, pour "mettre en lieu sûr l'argent de l'épargne et des pensions".

Il a plaidé pour une "radicalité concrète" et "une société protégeant l'humain et la nature".

Jugeant le modèle capitaliste en faillite, il a proposé le social, la démocratie et l'écologie comme points de départ d'un "socialisme 2.0 (...) où l'humain constituerait la mesure et la norme".

Avec Belga

Nos partenaires