1er mai - Denis Ducarme exige des excuses d'Eric Massin pour avoir insulté une élue MR

01/05/18 à 20:55 - Mise à jour à 20:57

Source: Belga

(Belga) Denis Ducarme, le président du MR en province de Hainaut, a exigé mardi soir des excuses publiques de la part d'Eric Massin, le président de la Fédération PS de Charleroi, pour avoir insulté la bourgmestre libérale de Courcelles. Lors de son discours prononcé à l'occasion du 1er mai, le socialiste a en effet tenu des propos insultants vis-à-vis de Caroline Taquin, traitant celle-ci de "salope". Il est totalement anormal que les femmes soient ainsi traitées en politique, a réagi celui qui est également ministre fédéral de l'Agriculture.

Eric Massin était en train d'énumérer les différentes têtes de listes PS dans les communes de la région en vue des prochaines élections communales d'octobre prochain. Lorsqu'il est arrivé à aborder celle de Courcelles, qui sera opposée à Caroline Taquin, le député fédéral a déclaré qu'elle "n'aura pas la tâche facile face à la plus rosse, là je suis trop gentil... La plus salope". Après un blanc, le président de la Fédération PS de Charleroi a ajouté: "Là je suis trop méchant, des bourgmestres du coin". Denis Ducarme se dit "scandalisé" par cette insulte. Le président du MR en province de Hainaut confie "avoir l'impression que tout est permis en politique". Si le PS plaidait le retour du coeur dans des discours du 1er mai, c'est plutôt le retour de l'insulte, déplore-t-il d'ailleurs. "Il est inadmissible que les femmes soient ainsi traitées en politique et qu'une telle attitude soit considérée comme normale dans le chef d'un député", a encore dénoncé le ministre. "Je me sens dépitée et scandalisée", a, pour sa part, réagi Caroline Taquin, citée par Sudpresse. "Je regrette mes propos, j'ai été pris dans l'excitation du moment et mes mots ont largement dépassé ma pensée. Je m'en veux...", a regretté, juste après son discours, Eric Massin, dont les propos sont également relayés par Sudpresse. "Caroline Taquin a parfois, vis-à-vis de l'opposition, un comportement qui ne permet pas l'expression d'un débat démocratique à mes yeux. C'est ce que j'ai voulu signaler, et comme déjà dit, mes paroles ont pris le pas sur ma réflexion", a-t-il reconnu. (Belga)

Nos partenaires