12 % de demandes d'allocations handicapés en plus en 2013

06/08/14 à 13:28 - Mise à jour à 13:28

Source: Le Vif

En 2013, l'Etat a déboursé 1 milliard 787 millions d'euros en allocations pour personnes reconnues comme handicapées et a enregistré 101 297 demandes d'allocation de remplacement de revenu, soit 12 % de plus qu'en 2012.

12 % de demandes d'allocations handicapés en plus en 2013

© iStock

Entre 2004 et 2013, on est passé de 2 à 2,9 % d'allocataires, soit un total de 319 000 bénéficiaires. Parmi eux, un nombre sans cesse croissant de moins de 65 ans.

A la Direction générale Personnes handicapées du SPF Sécurité sociale, on confesse qu'il est difficile d'analyser précisément les causes de cette progression. "Nous avons pourtant dû refuser près de 60 % des nouvelles demandes d'allocations, généralement parce qu'elles n'étaient quasiment pas ou peu étayées", explique André Gubbels, aux manettes de la Direction générale.

Et la hausse des moins de 65 ans ? "Plusieurs facteurs structurels peuvent être avancés : effet démographique, meilleur accès au droit, hausse des situations de précarité et des troubles psychiques, maintien d'un flux de jeunes entrant dans le régime, entrée de personnes bénéficiant auparavant d'autres revenus de remplacement (chômage ou revenu d'intégration sociale), situation du marché du travail particulièrement défavorable aux personnes handicapées."

L'équation sociale du handicap en Belgique est pour le moins complexe. Notre système de garantie de revenus est tel qu'un travailleur peut, depuis la case "Marché du travail", se retrouver dans la case des "Assurances sociales" en percevant une allocation de chômage, d'invalidité, la prépension ou encore la pension.

Toujours depuis le marché de l'emploi, le travailleur peut aussi être amené à emprunter le vaste boulevard de l' "Assistance sociale" et ainsi revendiquer le droit au revenu d'intégration, à l'allocation d'handicap ou encore à la GRAPA (la garantie de revenus octroyée aux plus de 65 ans).

Les cieux de notre système de garantie de revenus sont traversés par un enchevêtrement de trajectoires où le Belge peut passer d'un statut à un autre à répétition. Pas évident de s'y retrouver dans ce labyrinthe.

Antoine Calarco

En savoir plus sur:

Nos partenaires