1 conducteur sur 3 envoie des SMS au volant

22/01/14 à 19:08 - Mise à jour à 19:08

Source: Le Vif

Plus de 8% des conducteurs, soit près d'un conducteur sur 12, sont distraits au volant, ressort-il d'une étude de l'Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR) présentée mercredi après-midi, en présence du secrétaire d'Etat à la Mobilité Melchior Wathelet, au Salon de l'Auto à Bruxelles. Le GSM reste la principale source de distraction.

1 conducteur sur 3 envoie des SMS au volant

© THINKSTOCK

"Un conducteur sur 12 que vous rencontrez est un conducteur distrait, ce qui est inquiétant", a regretté le secrétaire d'Etat à la Mobilité.

Selon l'étude menée fin 2013 en 156 endroits du pays, 3,2% des conducteurs téléphonaient sans kit mains libres ou envoyaient des SMS. Ce sont les chauffeurs de poids lourds qui utilisent le plus leur téléphone portable en cours de route (6,3%), contre 5,6% des conducteurs de camionnettes et 2,8% des automobilistes.

Des différences sont également relevées selon les régions. L'usage du GSM est ainsi plus fréquent à Bruxelles (5,5% des conducteurs distraits) qu'en Flandre (3,4%) et en Wallonie (3%).

Il ressort par ailleurs de l'étude que les conducteurs sont plus distraits par leur téléphone portable lorsqu'ils se trouvent sur l'autoroute (6,6%) qu'en agglomération (1,9%). De même, ce sont plus souvent des hommes (1,4%) que des femmes (0,8%) qui téléphonent ou envoient des SMS au volant. Et le plus souvent, cela se produit lorsque ces personnes se trouvent seules dans leur véhicule.

En parallèle à cette étude, l'IBSR a également mené une enquête auprès de 1.540 conducteurs au sujet de la distraction et de la fatigue au volant. "90% d'entre eux estiment qu'il est inadmissible d'envoyer des SMS et 85% qu'il est inacceptable de téléphoner avec un GSM en main pendant la conduite. Les jeunes conducteurs trouvent à chaque fois ces comportements plus acceptables que leurs aînés", révèle l'IBSR.

Néanmoins, "1 conducteur sur 3 admet qu'il lui arrive d'envoyer un SMS pendant qu'il conduit. Et 1 sur 2 affirme même lire de temps en temps un SMS au volant, 45% reconnaissant avoir téléphoné au volant avec le GSM en main au cours de l'année écoulée", souligne encore l'IBSR.

En ce qui concerne la fatigue, 85% des conducteurs belges considèrent comme inacceptable le fait de conduire en étant fatigué mais plus de 50% des conducteurs déclarent néanmoins s'être déjà sentis fatigués et somnolents au volant au cours de l'année écoulée.

"Même si le risque d'accident est largement connu, pratiquement tout le monde utilise son GSM au volant. (...) De nombreuses actions de sensibilisation seront indispensables à l'avenir si l'on veut faire évoluer la norme sociale dans la bonne direction", a encore souligné Melchior Wathelet. "Téléphoner ou conduire, il faut choisir car n'oublions jamais qu'un moment d'inattention suffit pour provoquer un accident dont les conséquences peuvent vous poursuivre toute une vie", a conclu Melchior Wathelet.

L'usage du gsm au volant peut valoir aux conducteurs une amende de 110 euros.

En savoir plus sur:

Nos partenaires