Belgacom - Labille veut réinventer des missions, Reynders voir l'Etat passer sous les 50%

17/11/13 à 13:34 - Mise à jour à 13:34

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille (PS) a proposé dimanche de "réinventer" des missions de service public pour Belgacom, telles que l'internet pour tous, en réponse à une demande du vice-Premier ministre MR Didier Reynders de réduire la part de l'Etat sous les 50% de l'entreprise publique autonome.

Belgacom - Labille veut réinventer des missions, Reynders voir l'Etat passer sous les 50%

Pour M. Reynders, interrogé sur le plateau de L'Indiscret (RTBF), l'Etat peut rester le principal actionnaire de Belgacom tout en passant en dessous des 50% de son actionnariat. Il resterait un actionnaire de référence sans avoir "à s'occuper directement de la gestion", a-t-il relevé, notant toutefois que cette décision serait probablement pour un autre gouvernement. Jean-Pascal Labille, de son côté, n'en voit pas l'intérêt "au-delà du dogme", a-t-il répondu sur le plateau de Mise au Point (RTBF). "La vraie question, c'est quelle mission l'Etat s'assigne-t-il, et à ses entreprises publiques autonomes. Pourquoi ne pas imaginer demain de réinventer des missions de service public, comme l'internet pour tous au sein de Belgacom", a-t-il demandé. Concernant la rémunération du successeur de Didier Bellens à la direction de Belgacom, M. Labille attend la proposition du comité de rémunération avant de citer des chiffres. Il reconnaît la spécificité (marché très concurrentiel, cotation en bourse) de l'entreprise publique. Pour M. Reynders, "on ne pourra aller très loin" au-delà de la limite de 290.000 euros augmentée éventuellement de 10% de marge. Il souligne sa préférence pour un francophone, car le président du conseil d'administration est néerlandophone, sans exclure un étranger pour un tel "groupe mondial". Jean-Pascal Labille, quant à lui, estime que le candidat pourrait très bien aussi être issu des services publics. (Belga)

Nos partenaires