Avis de la CREG - La remise en question de la fermeture des réacteurs lance un mauvais signal

09/05/13 à 12:47 - Mise à jour à 12:47

Source: Le Vif

(Belga) La remise en question de la fermeture des plus vieux réacteurs par la CREG, dans son dernier avis, lance un mauvais signal à ceux qui attendent un cap politique clair pour investir dans la production d'énergie alternative au nucléaire dans notre pays, réagit jeudi Muriel Gerkens, cheffe de groupe Ecolo-Groen à la Chambre. Mme Gerkens estime toutefois que le gouvernement fédéral doit pouvoir entendre certaines critiques du régulateur tout en restant cohérent notamment avec la loi de sortie du nucléaire votée en 2003.

Les écologistes disent attendre, depuis la mise en place du gouvernement fédéral en 2011, une politique volontariste qui permettra d'assurer la sécurité d'approvisionnement de la Belgique tout en fermant les réacteurs nucléaires "arrivés en fin de vie". "Après des années de tergiversation, la Belgique a besoin de décisions claires pour assurer son avenir énergétique, pas d'une nouvelle polémique entre le gouvernement et le régulateur", insiste Muriel Gerkens. Celle-ci estime toutefois que la CREG pointe utilement quelques manquements dans le projet d'appel d'offres du Secrétaire d'Etat à l'Energie, Melchior Wathelet visant à assurer la sécurité d'approvisionnement du pays. Comme la CREG, elle s'interroge sur la sécurité d'approvisionnement en Belgique jusqu'en 2017, période annoncée pour la mise en place de nouvelles centrales TGV. Elle estime également que les projections du Secrétaire d'Etat tiennent insuffisamment compte des projets existants visant à interconnecter différents réseaux d'électricité européens et de politiques qui permettraient de réduire la demande en électricité. Les écologistes demandent par ailleurs au Secrétaire d'Etat d'intégrer dans les projections la fermeture possible des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 "dont la sécurité n'est pour les différents experts consultés à ce stade plus optimale." (Belga)

Nos partenaires