Avion d'Air Algérie - "Possibilité d'un tir depuis le sol" écartée et "peu de probabilité de survivants"

25/07/14 à 09:51 - Mise à jour à 09:51

Source: Le Vif

(Belga) Le secrétaire d'Etat français aux Transports, Frédéric Cuvillier, a annoncé vendredi que Paris écartait "depuis le début la possibilité d'un tir depuis le sol, hautement improbable voire impossible" dans le crash au Mali de l'avion d'Air Algérie avec 116 personnes à bord.

Avion d'Air Algérie - "Possibilité d'un tir depuis le sol" écartée et "peu de probabilité de survivants"

"Nous écartons depuis le début la possibilité d'un tir depuis le sol, hautement improbable voire impossible" Frédéric Cuvillier, qui a souhaité être "très prudent", a rappelé que "les conditions météorologiques étaient extrêmement dégradées. "Après, est-ce la raison principale, y a-t-il eu un problème technique ou peut-être cumulatif, il reste à déterminer cela", a-t-il dit à la chaîne France 2. Le secrétaire d'Etat français aux Transports a précisé qu'il était "fort peu probable voire exclu qu'il y ait des survivants". "Compte tenu de l'état de l'avion, il est fort peu probable voire exclu qu'il y ait des survivants", a déclaré M. Cuvillier, précisant que des militaires français se rendaient sur place et "sécuriseront tout de suite la zone", en attendant l'arrivée des enquêteurs, parmi lesquels des membres du Bureau enquête accident (BEA). "Il semblerait que les débris soient concentrés, c'est important pour l'enquête qui sera diligentée, les boîtes noires seront plus facilement retrouvées". Parlant d'une "forte odeur de kérosène sur place", le secrétaire d'Etat a également estimé que le fait que l'épave "a été retrouvée moins de 24 heures après sa disparition est très important, le fait d'identifier sa zone permettra de trouver des témoignages qui peuvent être explicatifs". L'avion d'Air Algérie, qui effectuait la liaison Ouagadougou-Alger, a disparu jeudi, avec 116 personnes à bord, dont 1 Belge, alors qu'il survolait le Nord du Mali. (Belga)

Nos partenaires