Voitures de rêve et réalité

23/01/15 à 23:13 - Mise à jour à 23:13

La Febiac organise pour la troisième année consécutive l'évènement 'Dream Cars' au palais 11. Qui est transformé pour l'occasion en jardin français.

Voitures de rêve et réalité

Ferrarri est bien sûr l'une des marues présentes sur le stand Dream Cars © Belga Image

Celui qui veut se rendre à l'évènement doit payer 4 euros supplémentaires, mais cette somme ne devrait pas décourager les amateurs de voitures puisque l'on retrouve au palais 11, les plus belles voitures du salon. On peut en effet y découvrir 50 voitures de sport et/ou de luxe. Grâce à ces bolides, les organisateurs espèrent attirer 30.000 spectateurs supplémentaires.

La liste des exposants

Alpina, Aston Martin, Audi, Bentley, BMW, Cadillac, Corvette, Ferrari, Imperia, Infiniti, Jaguar, KTM, Lamorghini, Lotus, Maserati, McLaren, Mercedes-Benz, Noble, Porsche, Rolls-Royce, Tesla et la nouvelle E-Car belge.

La crise ne touche pas tout le monde de la même façon

Les voitures que l'on peut voire à cet évènement ne sont pas destinées à monsieur ou madame tout le monde. Pourtant des ventes sont bel et bien signées ici. Maxime De Cordier, porte-parole du Ginion Group qui importe McLaren et Rolls-Royce dans notre pays le confirme. "Vous comprenez bien que nous n'habillons pas juste un stand pour le plaisir des yeux. Nous sommes aussi ici pour vendre des voitures. Il arrive que l'on vende des Rolls-Royce ou McLaren sur le stand, même si c'est plus l'exception que la règle. En général on vient s'informer au salon des prix pour pouvoir mieux en discuter ensuite au showroom. Mais nous pouvons aussi nous rendre aux domiciles des clients. Après tout même pour les riches 350.000 ou 400.000 d'euros représentent quand même beaucoup d'argent. Par exemple La Ghost Series II est, au prix 277.422,75 euros, la Rolls-Royce la moins chère du moment. Cela ne sert à rien de parler du prix de base puisque personne n'achète une Rolls-Royce standard. Le prix n'est pas l'élément déterminant dans un achat de cette sorte. Le plus important est de pouvoir répondre aux exigences. Nous avons déjà livré des Rolls-Royces à près 600.000 euros."

Est-ce que tout le monde peut se glisser derrière le volant ?

Maxime De Cordier: "En principe tout le monde est le bienvenu au stand. Mais nous essayons tout de même de canaliser quelque peu le flux des visiteurs. Et ce pour éviter que les voitures soient endommagées ou que les candidats acheteurs ne sentent plus à l'aise."

Nos partenaires