Motos: marché et sécurité

13/01/13 à 14:56 - Mise à jour à 14:56

Source: Le Vif

Le marché belge du deux-roues clôture son exercice 2012 en recul. Toutefois de nouveaux modèles redynamisent le secteur et la sécurité des motards se renforce de plus en plus grâce à des équipements performants.

Motos: marché et sécurité

© zep.gori@gmail.com

Sur les onze premiers mois de l'année 2012, le marché du deux-roues motorisé s'est tassé d'environ 6 % en Belgique par rapport à la même période l'année précédente. Certes, c'est mieux que le marché automobile, en baisse lui de 11,28 % pour le même exercice (mais les chiffres de l'année dernière étaient artificiellement gonflés suite à l'arrêt annoncé des primes écologiques). Au vu des premiers mois de l'année (- 15 %), cela reste un recul nettement moins sensible que prévu. Un moment porté par le succès des scooters, le marché du deux-roues continue néanmoins de s'éroder en Belgique. Dépassant la barre des 30 000 immatriculations en 2007, le marché s'est tassé progressivement pour descendre sous les 27 000 unités l'année dernière. Au vu du bilan 2012, on s'étonnera surtout des contre-performances de certains poids lourds du secteur : - 22 % pour Yamaha, - 20 % pour Piaggio, -15 % pour Kimco, - 11 % pour Ducati... Heureusement, boostées par des nouveaux modèles, d'autres marques s'en sortent nettement mieux. C'est le cas de KTM (+ 30 %), BMW (+ 7,5 %) et surtout Honda (+ 6,5 %) qui avait même, en avril, repris la première place du marché en Belgique devant Piaggio, le spécialiste du scooter.

Nouveau permis

Les récentes réformes, imposant notamment aux motards un équipement de protection plus complet, et surtout celles annoncées pour l'année prochaine, qui comporte l'ajout d'un contrôle technique pour moto ou encore, la refonte du permis de conduire, pourraient encore accélérer le désintérêt pour le deux-roues motorisé. Le projet de loi européen ayant été finalement repris en Belgique, une nouvelle législation entrera effectivement en vigueur à partir du 19 janvier prochain. Différentes catégories (A1, A2 et A) sont élaborées en fonction de la puissance des motos (11 kW, 35 kW et illimitée) et imposent aux candidats de passer graduellement les différents permis, tous les deux ans, s'ils souhaitent rouler en deux-roues dès 18 ans. Les conducteurs moins pressés peuvent passer directement le permis A, illimité, mais pas avant d'avoir atteint 24 ans (contre 21 ans auparavant). Autre bémol d'importance pour les scooters : seuls les conducteurs disposant du permis B (voiture) avant l'entrée en vigueur de la loi pourront toujours piloter un 125 cc comme par le passé. Tous les autres devront suivre un minimum de quatre heures de formation pratique en plus de celle dédiée à la conduite d'un deux-roues.

En savoir plus sur:

Nos partenaires