Les voitures "propres" de plus en plus populaires

12/05/14 à 13:53 - Mise à jour à 13:53

Source: Le Vif

Les immatriculations de voitures neuves à motorisations et carburants alternatifs ont fortement progressé durant les quatre premiers mois de 2014 par rapport à la même période en 2013, indique lundi la Fédération Belge de l'Automobile et du Cycle (Febiac). Les immatriculations de voitures électriques sont ainsi passées de 55 durant les quatre premiers mois de 2013 à 385 durant la même période en 2014, soit une augmentation de +600 pc.

Les voitures "propres" de plus en plus populaires

© Reuters

Une hausse similaire a été enregistrée pour les immatriculations de voitures utilisant le gaz naturel comme carburant (CNG), qui sont passées de 54 à 366 unités (+578 pc). Les immatriculations de voitures propulsées par une motorisation hybride essence ont augmenté de 46 pc (de 2.014 à 2.942), tandis que les motorisations hybrides diesel sont elles en régression (de 395 à 315, soit -20 pc), une diminution qui s'explique en raison du "faible choix de véhicules actuellement offerts sur le marché", explique la Febiac.

Au total, durant le premier quadrimestre 2014, 4.008 véhicules dits "propres" ont été immatriculés, contre 2.518 sur la même période en 2013 (+59 pc)."Cette progression se manifeste après deux années consécutives de chute des ventes de voitures dites propres", souligne la Febiac, qui explique la diminution enregistrée auparavant par la suppression de la réduction sur facture, fin 2011, et la suppression de la réduction d'impôt, fin 2012.

Pour la Febiac, la hausse enregistrée durant les quatre premiers mois de 2014 s'explique par le Salon de l'Auto mais aussi l'introduction de nouveaux modèles de voitures électriques. Pour les voitures propulsées au CNG, c'est la prime offerte jusque fin février par l'Association royale des gaziers belges (ARGB) - prime parfois doublée ou triplée par certaines marques - qui a joué un rôle, ajoute la Fédération. La Febiac plaide pour une "politique permettant le développement de l'infrastructure, combinée à une fiscalité structurelle incitative" afin que la croissance de ce marché puisse se poursuivre dans les mois et années à venir.

Nos partenaires