Le marché moto tient le coup

24/12/14 à 10:44 - Mise à jour à 11:15

Source: Belga

2014 a été une bonne année en ce qui concerne les immatriculations de motos neuves. Le marché se porte bien. Mais au niveau de la mobilité, il y a encore des améliorations à réaliser.

Le marché moto tient le coup

Malgré les années difficiles que le secteur a vécues au niveau européen (ces dernières années, le nombre de motos immatriculées a diminué d'environ 10 % par an), le marché belge de la moto et du scooter a bien résisté. De janvier à novembre 2014 inclus, le nombre d'immatriculations est resté stable (la diminution a été de 0,7 %) dans notre pays. Deux éléments ont joué un rôle à cet égard: un printemps doux et précoce, ainsi que la sortie de plusieurs nouveaux modèles. On note aussi le succès grandissant des motos plus légères et moins chères, une tendance qui s'explique entre autres par le système européen progressif de délivrance des permis, lié à l'âge. Depuis plusieurs années déjà, Febiac et la FMB/BMB soulignent l'intérêt de la moto et du scooter dans la problématique de la mobilité. S'il y avait 10 % de motos et de scooters en plus sur la route, les embouteillages quotidiens seraient réduits de 40 %. Les relations entre automobilistes et motards-scootéristes se sont aussi améliorées ces dernières années, ce qui est un point positif. Ce qui l'est moins, par contre, c'est le peu d'attention que le "politique" en général prête aux deux roues motorisés. "A l'occasion des élections, nous avons analysé les programmes des partis et constaté que les termes moto et scooter en étaient pour ainsi dire absents. Même chose pour les accords de gouvernement. La moto comme solution au problème de mobilité ne bénéficie pas encore de l'appui du politique. Il n'y a pas eu d'avancée majeure en la matière", déplore-t-on à la Febiac.(Belga)

Nos partenaires