Le CEO de Volkswagen démissionne

23/09/15 à 17:34 - Mise à jour à 19:02

Source: Belga

Volkswagen a annoncé la démission de son patron Martin Winterkorn après une réunion d'urgence mercredi du conseil de surveillance à Wolfsbourg, siège du groupe dans le nord de l'Allemagne. La décision sur le nouveau patron sera rendue vendredi.

Le CEO de Volkswagen démissionne

Martin Winterkorn © Reuters

M. Winterkorn, 68 ans et depuis 2007 à la tête de Volkswagen, a assuré dans une déclaration n'être coupable "d'aucun manquement", mais dit "prendre la responsabilité" du scandale et remet sa démission "dans l'intérêt de l'entreprise", pour permettre à Volkswagen "un nouveau départ". Le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Berthold Huber, a également insisté sur le fait que "M. Winterkorn n'avait aucune connaissance des manipulations sur les gaz d'échappement" des moteurs diesel du groupe, devant la presse au siège du groupe à Wolfsburg (nord). Mais l'organe qui veille sur Volkswagen a estimé, à l'issue d'une réunion d'urgence de ses plus hauts responsables mercredi, que le groupe avait besoin "d'un nouveau départ crédible".

Ceci implique la démission de M. Winterkorn, a-t-il ajouté, en saluant le sens des responsabilités du patron. D'autres changements dans la direction doivent être annoncés dans les prochains jours, a-t-il fait savoir. Le conseil de surveillance doit aussi se réunir vendredi pour trouver un successeur à M. Winterkorn. Le nom du patron de Porsche Matthias Müller a circulé cette semaine pour prendre ce poste de patron le mieux payé d'Allemagne, à la tête d'un mastodonte aux 200 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, 600.000 salariés et 12 marques de camions et de voitures. Le groupe venait de ravir à Toyota le titre de numéro un mondial des ventes.

L'affaire des moteurs, révélée vendredi comme une fraude aux tests antipollution circonscrite aux Etats-Unis, s'est vite muée en scandale mondial. Volkswagen a admis avoir mis en place un logiciel sur les moteurs diesel d'environ 11 millions de ses voitures, afin de fausser les résultats des tests. La justice allemande a ouvert une enquête préliminaire mercredi, après celles déjà annoncées aux Etats-Unis. La Corée du Sud, l'Italie et la France font partie des pays qui ont lancé des enquêtes, Londres en a réclamé une à la Commission européenne, à qui l'Espagne, siège de Seat (qui fait également partie du groupe Volkswagen), demande d'agir. Les appels à la "transparence totale" chez Volkswagen, telle que réclamée mardi par la chancelière Angela Merkel, étaient relayés de toutes parts mercredi. Mais le monde politique et des affaires tente aussi d'éviter les amalgames.

La manipulation de Volkswagen est "absolument inacceptable", a répété le ministre de l'Economie Sigmar Gabriel, en visite au salon automobile de Francfort, mais il n'y a "pas de débat général sur la qualité de Volkswagen ou sur l'ensemble de l'industrie automobile allemande". La fédération regroupant les fabricants automobiles européens, l'ACEA, a reconnu "la gravité de la situation" tout en estimant qu'il n'existe "aucune preuve" que le trucage mis au jour chez Volkswagen soit "étendu à toute l'industrie". L'automobile, fierté nationale, représente pas loin de 20% des exportations allemandes, et 14% du Produit intérieur brut de la première économie européenne. Volkswagen a déjà reçu une véritable punition en Bourse pour ce scandale: quelque 25 milliards d'euros de capitalisation boursière du groupe avaient été pulvérisés entre lundi et mardi du fait du plongeon de 35% de l'action. L'action s'est toutefois reprise mercredi, terminant sur un rebond de 5,19% à 11,50 euros.

En savoir plus sur:

Nos partenaires