Coup d'arrêt à la diésélisation du parc automobile belge

20/03/14 à 10:27 - Mise à jour à 10:27

Source: Le Vif

Durant des décennies, l'automobiliste belge a privilégié les moteurs diesel. Mais depuis 2013, cette tendance a tendance à s'essouffler. Lentement mais sûrement, les voitures essence gagnent du terrain, surtout chez les particuliers.

Coup d'arrêt à la diésélisation du parc automobile belge

Ce phénomène s'explique primo par la suppression des primes CO2, qui étaient surtout intéressantes pour les modèles diesel. Secundo, l'écart de prix à la pompe entre le gasoil et l'essence est de plus en plus réduit. Tertio, les moteurs diesel coûtent de plus en plus cher: pour satisfaire aux normes Euro 5 et Euro 6, leurs gaz d'échappement ont besoin d'un système de retraitement aussi complexe qu'onéreux, alors que les moteurs essence sont beaucoup plus simples à dépolluer à un tarif raisonnable. Résultat, l'automobiliste doit faire de plus en plus de kilomètres pour qu'une voiture diesel soit financièrement plus intéressante pour lui. L'association automobile flamande VAB a calculé le prix de revient au kilomètre de plusieurs modèles essence et diesel. Il a constaté qu'il faut de plus en plus souvent parcourir au minimum 20.000 km par an pour que le diesel conserve un avantage financier à l'usage. La progression des motorisations essence s'explique encore par l'arrivée massive de nouveaux petits moteurs turbo à injection directe qui consomment peu et bénéficient d'une fiscalité favorable.(Belga)

Nos partenaires