Assurances-groupes - Tobback s'étonne des difficultés des assureurs privés

12/09/13 à 19:47 - Mise à jour à 19:47

Source: Le Vif

(Belga) Un travailleur qui consacre une partie de son salaire à sa pension a droit à un rendement minimum supérieur à une inflation à long terme de 2 pc et qui suit l'évolution des salaires, a expliqué jeudi le président du sp.a, Bruno Tobback, à propos du rendement des assurances-groupes.

Assurances-groupes - Tobback s'étonne des difficultés des assureurs privés

"Si les assureurs ne peuvent plus garantir un rendement raisonnable, les gens peuvent aussi bien mettre leur argent sous leur matelas", a ironisé le président des socialistes flamands. Le sp.a est disposé à discuter de la façon dont les assureurs-pensions peuvent gérer l'argent des pensions à long terme et pas seulement garantir un rendement à court terme. Il a toutefois fait remarquer que l'Etat parvient à suivre l'index dans le premier pilier des pensions et à assurer une liaison au bien-être. "C'est quand même tout à fait logique que nous attendions la même chose des assureurs qui gèrent l'argent des pensions des travailleurs", a souligné M. Tobback. Le président du sp.a remarque également que certains assureurs demandent régulièrement la suppression de ce rendement minimal mais par le passé, tant lui, quand il était en charge des pensions au gouvernement, que Johan Vande Lanotte, les ont éconduits. "Pour la première fois, ils ont un partisan au sein du gouvernement", s'est étonné M. Tobback, visant de la sorte son collègue Alexander De Croo (Open Vld). M. Tobback reconnaît qu'à court terme, la garantie d'un intérêt de 3,25 pc peut poser problème. "C'est tout de même remarquable que ce problème se pose uniquement chez les assureurs privés qui gèrent le deuxième pilier et non auprès des fonds de pension qui sont gérés de manière paritaire", a-t-il ajouté. Certains fonds de pension parviennent à utiliser les surplus tirés des années fastes pour garantir un rendement minimal quand c'est le temps des vaches maigres, observe également le président. "Je me demande: 'où sont vos réserves des bonnes années? Ont-elles servi à payer les actionnaires ou utilisées pour placer d'autres produits sur le marché? " (Belga)

Nos partenaires