Assises Namur - Les témoins partagés au moment de dresser un portrait de la victime

15/01/14 à 19:32 - Mise à jour à 19:32

Source: Le Vif

(Belga) Un grand séducteur mais aussi un homme attentionné, souriant, doté d'un grand professionnalisme au travail, tel est le profil de Jean-Louis Pottier, abattu le 20 décembre 2010 à Florennes. L'homme était avec l'ex-femme de l'accusé, Jean-Luc Duquene, Christine Chauvaux, depuis 2008. Ce dernier le supportait mal.

Jean-Louis Pottier a été marié cinq fois et a eu d'autres compagnes avant de rencontrer Christine Chauvaux. Il avait six enfants de mères différentes dont cinq sont constitués parties civiles. L'un d'eux ne l'a pas fait, n'en voyant pas l'intérêt car il ne voyait plus son père depuis des années. Si notamment sa fille Madeline le décrit comme "tendre, souriant, câlin, et protecteur", son défaut majeur était son attirance pour les femmes, selon ses proches. Jean-Luc Pottier s'occupait peu ou ne voyait carrément pas certains de ses enfants. La mère de l'un d'eux a volontairement refusé qu'il entretienne des contacts avec le fils qu'ils avaient eu. Sa soeur ne le voyait plus depuis 1997. "Il a fait souffrir beaucoup de monde dont mes parents. C'était un égocentrique, menteur, manipulateur", confie-t-elle. L'une de ses compagnes, Daisy, a même estimé que "justice était faite", tant elle a souffert de ce séducteur. A côté de cela, d'autres témoins ont estimé qu'il avait de nombreuses qualités et qu'il avait retrouvé une certaine stabilité avec Christine Chauvaux, qui semblait épanouie avec lui. Si certains de ses enfants ont souffert de ses absences, ça reste leur père et ils réclament que justice soit rendue. (Belga)

Nos partenaires