Assises Liège: Giovanni Angilella condamné à 30 ans de prison

30/11/12 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Le Vif

(Belga) Giovanni Angilella, un Flémallois de 42 ans, a été condamné vendredi par la cour d'assises de Liège à 30 ans de prison. Il avait été reconnu coupable d'avoir commis un parricide sur sa mère le 31 janvier 2011 après lui avoir porté de nombreux coups. La victime était décédée d'un pneumothorax après avoir agonisé pendant plusieurs heures.

Le 31 janvier 2011, Ivette Thirion, âgée de 61 ans, avait été victime de nombreux coups portés sur l'ensemble du corps, principalement au visage et au thorax. Les légistes avaient dénombré un total de 12 côtes fracturées. Une de ses côtes avait entraîné un pneumothorax fatal. Malgré la violence et l'acharnement déployés, l'accusé contestait l'intention homicide. Il a tout de même été reconnu coupable de parricide et d'une autre scène de coups et blessures avec préméditation sur sa mère. Les jurés ont motivé leur décision par la violence dont l'accusé a fait preuve contre sa mère, par son acharnement et ses nombreuses menaces de mort préalables. Le jury a également relevé, dans sa motivation, que l'homicide d'Ivette Thirion était l'élément final d'un processus d'agressivité mis en place par l'accusé depuis de nombreux mois. Au cours de son réquisitoire sur la peine, l'avocat général Marianne Lejeune a qualifié Giovanni Angilella de lâche et a estimé que son attitude face à sa mère avait été immonde, scandaleuse et intolérable. L'accusé a accumulé au cours de sa vie les sanctions des tribunaux de police mais n'a jamais tenu compte des mises en garde de la justice. Le ministère public estimait qu'il ne devait bénéficier d'aucune circonstance atténuante et qu'il devait être condamné à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. A l'inverse, la défense avait plaidé pour une peine inférieure qui favoriserait une réinsertion et un changement de personnalité. Après une dernière délibération, la cour a finalement condamné Giovanni Angilella à une peine de 30 ans de prison. (VIM)

Nos partenaires