Allemagne: plus d'une soldate sur deux se dit victime de harcèlement sexuel

24/01/14 à 21:39 - Mise à jour à 21:39

Source: Le Vif

(Belga) Plus d'une soldate allemande sur deux se dit victime de harcèlement sexuel dans un rapport sur l'intégration des femmes dans l'armée publié vendredi, montrant aussi une forte réticence des hommes face à la féminisation de la Bundeswehr.

Quelque 55% des femmes interrogées ont indiqué avoir subi au moins l'une des quatre formes de harcèlement sexuel mentionnées par l'étude: remarque ou blague à caractère sexuel, exposition forcée à des images à caractère pornographiques, contacts physiques imposés (épaules caressées, ou attouchements sur la poitrine ou les fesses) et des agressions sexuelles ou des viols. Dans le détail, 47% des soldates rapportent des blagues ou remarques sexuelles, dont 36% de façons répétées, 25% se plaignent d'avoir vu contre leur volonté des images pornographiques, 27% ont subi des contacts physiques inappropriés et 3% dénoncent des agressions sexuelles ou des viols. Réagissant à ces chiffres, la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, première femme à occuper ce poste en Allemagne, a jugé qu'il fallait changer la façon dont les femmes - qui représentent près de 11% des effectifs - sont traitées par l'armée. "Nous devons rendre la Bundeswehr sensiblement plus attrayante pour les femmes", a-t-elle déclaré à des journalistes, notamment en rendant "plus visible" ce que la féminisation de l'armée a apporté de positif. Une vaste tâche, puisque, selon les chiffres dévoilés vendredi, plus de 56% des soldats estiment que l'armée allemande va "moins bien" depuis que les femmes y sont plus nombreuses. En 2005, lors de la dernière étude comparable, ils n'étaient "que" 52% à exprimer cette opinion. Du côté des soldats, 12% se disent victimes de l'une des quatre formes de harcèlement sexuel. Cette étude a été menée en 2011 auprès de 1.771 soldats et 3.058 soldates, mais les résultats n'ont été dévoilés que vendredi. (Belga)

Nos partenaires