Aïda Tabaa : le SPF Justice conteste les accusations d'immobilisme

14/02/14 à 17:49 - Mise à jour à 17:49

Source: Le Vif

(Belga) Le SPJ Justice conteste les accusations d'immobilisme formulées par Karima Safia dans le cadre de l'affaire 'Aïda Tabaa', une fillette de 3 ans qui a été enlevée par son père en février 2012 et qui a regagné la Belgique mercredi.

Aïda Tabaa : le SPF Justice conteste les accusations d'immobilisme

Karima Safia, l'auteur verviétoise du livre "Insoumise et dévoilée" s'est rendue à deux reprises au Maroc, à Casablanca pour venir en aide à Angelica Grooten, une mère de famille dont la fillette âgée de 3 ans a été enlevée l'an passé par son père. A son retour en Belgique avec la fillette, Karima Safia a affirmé que "malgré la plainte déposée par la maman en février 2013 aucune démarche n'avait été entreprise par le SPFJ". Des accusations que conteste le SPFJ. "Ce dossier a été suivi avec toute la diligence requise par le service de coopération internationale civile. Lors de l'introduction de la requête par la mère de l'enfant auprès du service en décembre 2013, le dossier a été transmis aux autorités marocaines dans les sept jours ouvrables, la traduction du dossier en arabe ayant été effectuée dans l'intervalle", rétorque Koen Peumans, le porte-parole du SPFJ. De son côté, Karima Safia réaffirme que "le dossier ouvert auprès du SPFJ en mars 2013 n'a été transmis au Maroc qu'une fois l'affaire médiatisée. Ce n'est qu'une fois au Maroc, fin janvier, que nous avons appris que le dossier n'avait pas été transmis par le SPF Justice". (Belga)

Nos partenaires