Administration bruxelloise - Les syndicats formalisent leur désaccord avec le gouvernement Picqué

19/12/12 à 16:33 - Mise à jour à 16:33

Source: Le Vif

(Belga) Les trois organisations syndicales de la Fonction publique ont annoncé mercredi en front commun un protocole de désaccord au sujet du projet du gouvernement bruxellois de modifier les statuts du ministère et des pararégionaux bruxellois pour "contourner" les objections du rapporteur du Conseil d'État contre la nomination du patron de l'administration régionale, M. Lamouline, ex-chef de cabinet du ministre cdH Benoît Cerexhe. Selon les syndicats, ce texte est destiné à renommer Christian Lamouline si sa nomination est cassée et aussi à nommer bientôt ses homologues issus d'autres cabinets ministériels à divers postes.

Administration bruxelloise - Les syndicats formalisent leur désaccord avec le gouvernement Picqué

Il a été présenté mercredi matin au Comité de négociation avec les syndicats. Dans un communiqué commun, les trois organisations ont dénoncé "un pas de plus dans la politisation des nominations aux fonctions dirigeantes". Pour eux, cette politisation a été en fait balisée par l'ouverture contestée à des candidats du secteur privé, sans que leur expérience de la gestion et du secteur public ne soit établie. "La tentative maladroite d'assimiler en outre la direction d'un cabinet à une expérience de gestion administrative reflète la même confusion, intellectuelle au moins, éthique aussi", ont jugé les organisations syndicales. Pour le front commun SLFP-VSOA; CGSP-ACOD; CSCsp-ACVacod, la médiocre qualité percole de haut en bas, assortie d'une "démotivation des agents à mesure que se développe un climat malsain". "Mis à part les parachutages et partages de postes, le secrétaire d'État Bruno De Lille, le gouvernement et les premiers parachutés s'occupent essentiellement d'image: changements de dénomination, de logos, recherche d'une tour de bureau "symbolique" (et impayable, pour un regroupement inutile)... Et aussi de discours pseudo-modernes: open spaces, Human resources management, ...", ont regretté les syndicats. (ERIC LALMAND)

Nos partenaires