Accord de majorité à Bruxelles - Emploi des jeunes, rationalisations et changements de cap notamment fiscaux en vue

14/07/14 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Source: Le Vif

(Belga) Première expérience professionnelle d'un an dans le monde du travail pour chaque jeune sans emploi, 18 mois après la sortie de l'école, soutien accru aux entreprises qui créent de l'emploi, rationalisation des outils régionaux notamment en matière d'aménagement du territoire et du tourisme, poursuite des investissements de la projet de métro nord-sud, dix nouveaux quartiers à développer, 6.500 logements à construire, instauration d'une grille des loyers et d'allocations loyers: tels sont quelques-uns des points-clé de l'accord de majorité pour cinq ans auquel sont parvenus le PS, les FDF, le cdH, l'Open Vld, le sp.a et le CD&V en Région bruxelloise.

Accord de majorité à Bruxelles - Emploi des jeunes, rationalisations et changements de cap notamment fiscaux en vue

En début d'après-midi, la formatrice bruxelloise, Laurette Onkelinx, et les négociateurs se sont réunis pour en faire les toutes dernières mises au point formelles avant de le présenter à la presse à 16h30 au parlement bruxellois. En matière de gouvernance, l'accord prévoit notamment de faire passer de plus de quarante à six le nombre de structures existant en matière d'aménagement du territoire, de tourisme, de développement économique et dans le secteur de l'eau. Le nombre d'élus et locaux sera plafonné au niveau actuel malgré l'impact de l'explosion démographique qui devrait le voir revu à la hausse. Comme déjà annoncé au cours des négociations, la Région bruxelloise devrait par ailleurs connaître une réforme fiscale d'envergure en 2017 selon deux axes: un soutien aux entreprises avec, par exemple, des exonérations au précompte immobilier, des mesures d'allégement dans le cadre des transmissions d'entreprises, des réductions de charges sociales, etc; et un glissement de la fiscalité des ménages et sur les revenus du travail (qui seront allégées) vers la fiscalité immobilière. On parle notamment de la suppression de la taxe régionale annuelle de quelque 90 euros. Sur le plan bi-communautaire, alors que les compétences de la Région ont été étendues par la réforme de l'Etat, on se contentera dans un premier temps de garantir la continuité de paiement des allocations familiales. En vue de la reprise effective de la compétence en 2019, on préparera une réforme du dispositif en tenant compte des contraintes auxquelles la population bruxelloise est soumise, notamment en matière de formation. (Belga)

Nos partenaires