Accès aux soins: les plus vulnérables durement frappés par la crise, même en Belgique

13/05/14 à 16:18 - Mise à jour à 16:18

Source: Le Vif

(Belga) Les groupes vulnérables habitant en Europe ont subi avec la crise économique "une réduction, voire une privation des éléments qui leur assuraient une assistance de base", selon un rapport publié mardi par Médecins du Monde (MdM). Ressortissants étrangers, sans-abri, migrants sans-papiers, demandeurs d'asile, usagers de drogues et travailleurs du sexe ont été interrogés par l'ONG dans 8 pays européens, entre autres en Belgique où 2.382 patients reçus en consultation en 2013 dans les antennes de MdM d'Anvers et de Bruxelles ont été pris en compte. "Les femmes et les enfants sont tout particulièrement concernés" par un accès trop limité aux soins de santé de base, selon l'organisation.

Au moment de leur arrivée dans les bureaux de Médecins du Monde, 90% des patients interrogés en Belgique n'avaient aucune couverture médicale, alors même que 4% d'entre eux étaient des femmes enceintes, alerte l'association. Il s'agit d'un des pourcentages européens rapportés les plus élevés, avec celui de la France (92,3%) et du Royaume-Uni (94,1%). "Ce taux s'explique en partie par le fait que les centres de soins concernés reçoivent majoritairement des personnes ne disposant d'aucun droit", nuance le rapport. En Belgique, "les droits des sans-papiers à l'accès aux soins sont en théorie relativement favorables mais les obstacles administratifs, le temps de traitement des dossiers (...) multiplient (...) les périodes d'absence de couverture maladie effective". Médecins du Monde pointe dans son rapport un risque de "politiques basées sur la peur et l'intolérance" en ces temps de crise. L'organisation en prend notamment pour exemple la ville d'Anvers, où "les pouvoirs publics locaux sont convaincus qu'une restriction de l'accès aux soins permet de réguler les flux migratoires, mesure dont le manque d'éthique et l'inefficacité ont été démontrés". (Belga)

Nos partenaires