Abus sexuels au sein de l'Eglise - 168 conciliations pour des mesures de réparation

03/07/13 à 17:31 - Mise à jour à 17:31

Source: Le Vif

(Belga) Jusqu'à présent, 168 conciliations ont été réalisées jusqu'ici par la Chambre d'arbitrage permanente du Centre d'arbitrage en matière d'abus sexuels commis dans une relation d'autorité, en particulier au sein de l'Eglise, ressort-il du dernier rapport intermédiaire en date du Centre. Celui-ci a reçu en tout 621 requêtes en vue de mesures de réparation matérielles et/ou morales pour des faits prescrits d'abus sexuels.

Le centre d'arbitrage en matière d'abus sexuels a été mis en place par la commission parlementaire spéciale relative au traitement d'abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d'autorité, en particulier au sein de l'Église. Son objectif est de permettre à l'Eglise d'assumer sa responsabilité morale et de répondre aux attentes des victimes d'abus prescrits. Du rapport intermédiaire du Centre présenté mercredi à la commission de suivi des recommandations de la Commission spéciale de la Chambre présidée par Karine Lalieux, il ressort notamment que 621 requêtes en vue de "mesures équitables de réparation" ont été introduites et que jusqu'à présent, 168 conciliations ont été réalisées par la Chambre d'arbitrage permanente, un des organes du Centre. Les mesures de "réparation équitable" ont porté sur un montant de 846.751 euros. A l'exception d'un dossier dans lequel aucune compensation financière n'a été demandée, une compensation financière a été convenue avec la victime dans toutes les conciliations réalisées. On relèvera par ailleurs que depuis le rapport annuel 2012, la chambre d'arbitrage permanente a pris acte à douze reprises d'un désistement de la partie requérante parce qu'elle a obtenu une indemnisation, soit par la voie des points de contacts établis par l'Église, soit directement avec un diocèse. La plupart des parties requérantes, environ 98 %, se sont déplacées au siège du Centre d'arbitrage pour être entendues. Jusqu'à présent, le Centre a reçu trois ou quatre lettres ou messages qui font état du mécontentement de victimes, malgré la reconnaissance et la réparation qu'elles ont obtenues. Mais, en sens inverse, il a reçu une quinzaine de messages dans lesquels des victimes ont marqué leur satisfaction. (Belga)

Nos partenaires