4G à Bruxelles - Les opérateurs GSM demandent à la ministre Huytebroeck une solution à long terme

22/02/13 à 15:41 - Mise à jour à 15:41

Source: Le Vif

(Belga) Les opérateurs télécoms réunis en "forum des opérateurs GSM" ont réitéré vendredi leur souhait d'une solution à long terme pour permettre l'émergence du réseau 4G dans la capitale. Pour eux, les solutions possibles doivent permettre d'éviter la dégradation de la qualité des réseaux 2G et 3G actuels, actuellement amplifiée par la norme bruxelloise existante de 3 Volts par mètre.

4G à Bruxelles - Les opérateurs GSM demandent à la ministre Huytebroeck une solution à long terme

Le GOF (GSM Operators' Forum) estime dans ce contexte que les propositions formulées par la ministre Huytebroeck dans les médias pour le réseau 4G n'apportent pas de réponse satisfaisante. Il espère pouvoir s'entretenir rapidement avec elle afin de préciser leur position. Evelyne Huytebroeck a annoncé lundi dernier qu'elle déposerait d'ici une quinzaine de jours une proposition visant à adapter la législation bruxelloise en la matière. Le respect de la norme de 3 Volts/mètre sera vérifié par paquets (réseaux 2 et 3G, d'une part; le 4G d'autre part), a-t-elle avancé. Le GOF a par ailleurs dit constater "avec satisfaction que la ministre Huytebroeck reconnaît l'existence de la problématique" et qu'une modification de l'ordonnance n'est désormais plus exclue. Les opérateurs lui ont demandé vendredi de profiter de la modification pour avancer une solution "durable réalisable dans la pratique", tant pour le déploiement des nouvelles technologies que pour le maintien de la qualité des réseaux 2G et 3G. "La proposition de la ministre n'est actuellement pas acceptable. Pourtant, cela serait parfaitement possible en alignant la situation de Bruxelles sur celle des autres Régions, où des normes très strictes sont également en vigueur après concertation avec le secteur", ont-ils insisté dans un communiqué. Ces normes permettent, d'après eux, des investissements à long terme, y compris dans des villes à forte densité de population. Soulignant que le nombre de permis délivrés à Bruxelles pour installer des antennes est très faible, les opérateurs mobiles ont aussi souhaité que le gouvernement bruxellois s'engage à trouver une solution à ce sujet. (NBA)

Nos partenaires